Misère, galère : pourquoi voter ?

Ceux qui connaissent la misère

Ceux qui connaissent la galère

Peuvent-ils  l’espoir attendre d’une élection

Présidentielle législative : non

 

Dans quel sens marche  E. Macron

Si c’est pour le libéralisme bon

Pour l’horizon des patrons c’est tout  bon

Pour les pauvres les exploités moins bon

 

Discours vide cachant mal ses responsabilités

Dans l’aggravation du chômage et de la précarité

Les cadeaux sans contrepartie aux grands patrons

Les atteintes au salariat au nom de ces patrons

 

Le pourfendeur de toute réforme financière

Et naturellement d’une restructuration bancaire

Comment croire à un projet qui marche en arrière

Pour qui le progrès est alibi de carrière

Pseudo renouveau

Renouveau, changement dans la continuité

Les mêmes institutions produiront les mêmes effets

Simulacre de démocratie, oligarchie, ploutocratie

Maintien, aggravation des inégalités et des hiérarchies

Domination implicite de la financière bourgeoisie

Qui impose une exploitation toujours plus approfondie

Selon la seule logique de l’accroissement des profits

Et pour qui la démocratie ne sert que d’alibi

Le Capitalisme n’a pas de patrie, son seul  horizon :

La mondialisation qui permet d’accroitre les profits

Par, portée à l’échelle mondiale, exploitation

Pression sur les salaires au centre, misère à la périphérie

Au centre même le développement de la précarité

Que les projets de flexibilité risquent d’amplifier

Non le capitalisme n’est vraiment pas mort

Car, compagnons, il bande encore !

aliénez votre liberté de contestation

Ceux qui par pseudo citoyenneté  ont voté

Ne pourront vraiment le pouvoir contester

Ils peuvent toujours se  révolter

Les thuriféraires du pouvoir rejeter

Et libéralisme et capitalisme  débridés

Sans limite accepter

Je n’en serai jamais

Il y va de ma  liberté de penser

Mon engagement libertaire assumé

Jamais ne pourrai renoncer

A cet esprit de liberté

pas voter pas se faire baiser

Nous n’irons pas voter

A notre liberté trop attachés

Nous n’irons pas voter

On ne se fera plus baiser

Nous n’irons pas voter

On refuse de se faire gouverner

Nous n’irons pas voter

Pour ne pas se faire dépecer

Nous n’irons pas voter

Pour perdre notre liberté

Nous n’irons pas voter

Pour notre futur aliéner

Nous n’irons pas voter

Non nous n’irons pas voter

Lamentable spectacle

Triste spectacle

 

La société du spectacle

A trouvé son oracle :

E Macron  de la politique super star

Image alimentée par les canards.

Politique spectaculaire

Personnalité spéculaire

Qui comme le miroir

Lacan nous l’a rappelé

Renvoie l’image sous forme inversée.

E Macron se veut patron

Nous prend-il pour des cons ?

Sans attendre le grand soir

Il faut faire preuve de lucidité

Comme des fans ne pas se comporter

Pour des dirigeants ne pas voter

Ne pas accepter de nous faire gouverner

Cautionner des décisions contraires à nos intérêts.

La rue sera notre dernier recours

Pour montrer notre détermination

Comme   notre ultime secours

Pour montrer notre absence de résignation

 

Archéo libéralisme

 

Apparition du Macrontausore

Qui de son pouvoir dominer

Le pouvoir politique et pire encore

Par-là nos libertés museler

Les salariés toujours plus aliéner

Pourquoi pas les syndicats inféoder.

Retour à grands pas vers le passé

Vers une exploitation non contrôlée

Avec riches et patronat de son côté

Lesquels ne seront jamais satisfaits :

Encore plus de salariés exploités

Encore plus de salariés précarisés

Avec de la CFDT la caution

Syndicat pour qui l’approbation

Aucun problème de conscience ne pose

Dont l’action sur les renoncements repose.

pseudo nouveauté en politique

Un nouveau président ex ministre

Qui par ses projets marche en arrière

Qui entame une carrière de sinistre

En voulant s’asseoir sur nos carrières

En amplifiant les dégâts déjà commis

Sur la condition salariale et ouvrière

Les avantages durement conquis défaire

Les retraités financièrement matraquer

Le libéralisme aidant, les riches favoriser

Compagnons vos chaussures sont à vérifier

Car nous aurons à nouveau à battre le pavé.

 

 

 

 

Enfumage

ENFUMAGE

 

Enfumage pseudo démocratique

Autoritarisme gouvernemental

Pour imposer un libéralisme intégral

Enfumage véritablement  politique

Déguisement du social libéralisme

Qui de social défend le capitalisme

Donc les patrons les actionnaires

Du capitalisme les thuriféraires

Economistes libéraux dominants

Comme de purs  experts érigés

Ecoutés, suivis comme bienpensants

Pour penser que les inégalités

Au fond sont source de progrès.

A cette perspective nous opposons

Le fait que la solidarité est gage d’égalité

Et que l’égalité est gage de liberté

Ce pourquoi vraiment  nous proposons

Un monde libéré de ce  pouvoir maudit

De prendre des décisions en notre nom

Quand  nos véritables aspirations

Pour notre liberté aspire à l’autonomie.

Urgence

Marcher. Manifester

 

Marcher, marcher, manifester

Il nous faudra encore battre le pavé

Nos basket et souliers vérifier

Pour mieux à la révolte contribuer

Contre bien sur notre aliénation

Contre toute domination

Et contre toute dépossession

De notre pouvoir décision

Oui maudit est le pouvoir

Louise Michel l’a souligné

Nous ne pouvons qu’adhérer

Notre liberté de penser et d’action

Jamais n’abandonnerons

Nous sommes libertaires

Impuissants à nous taire.

Notre  ferme détermination

Rendre le pouvoir de décision

A ceux qui aujourd’hui pâtissent

De leur machiavélique malice

Peu importe nos convictions

Il ne faut pas accepter la régression

Qui visent et touchent les plus faibles

Qui facilement bluffent ces plus faibles.

 

Pouvoir maudit

Marcher. Manifester

 

Marcher, marcher, manifester

Il nous faudra encore battre le pavé

Nos basket et souliers vérifier

Pour mieux à la révolte contribuer

Contre bien sur notre aliénation

Contre toute domination

Et contre toute dépossession

De notre pouvoir décision

Oui maudit est le pouvoir

Louise Michel l’a souligné

Nous ne pouvons qu’adhérer

Notre liberté de penser et d’action

Jamais n’abandonnerons

Nous sommes libertaires

Impuissants à nous taire.

Notre  ferme détermination

Rendre le pouvoir de décision

A ceux qui aujourd’hui pâtissent

De leurs machiavélique malice

Le pouvoir est maudit

Marcher. Manifester

 

Marcher, marcher, manifester

Il nous faudra encore battre le pavé

Nos basket et souliers vérifier

Pour mieux à la révolte contribuer

Contre bien sur notre aliénation

Contre toute domination

Et contre toute dépossession

De notre pouvoir décision

Oui maudit est le pouvoir

Louise Michel l’a souligné

Nous ne pouvons qu’adhérer

Notre liberté de penser et d’action

Jamais n’abandonnerons

Nous sommes libertaires

Impuissants à nous taire.

Notre  ferme détermination

Rendre le pouvoir de décision

A ceux qui aujourd’hui pâtissent

De leurs machiavélique malice

temps des cerises

Vivement le temps des cerises
Que libéralisme l’on brise
A la MARCHE en arrière
Eriger de saines barrières
Un vrai cordon sanitaire
Contre le capitalisme débridé
Contre la régression assumée
Pour assumer notre autonomie
Pour installer l’anarchie
Pour développer l’autogestion
Pour que le pouvoir reprenions
C’est CELA que nous voulons
A CELA nous aspirons
Notre liberté d’un homme ne peut dépendre
Notre autonomie voulons reprendre.

Votez en troupeau !

Votez tous,  les moutons

Si vous n’avez pas encore compris

Que vos élus vous trahirons

Car sur vos votes l’élu est assis

Pour vous gouverner pour vous imposer

Des décisions que vous n’avez pas voulues

Que trop tard encore serez déçus

Car encore une fois trompés vous serez

Pour encore la prochaine fois voter

Et voir déconstruire à nouveau

Vos espérances de renouveau

pastiche et non pastis

Par votre tendance populiste

Par votre idéologie frontiste

Par votre idéologie fasciste sous-marine

Je vous salue Marine

 

Par votre haine des réfugiés

Par votre haine des immigrés

Par votre idéologie fasciste sous-marine

Je vous salue Marine

 

Par votre haine fortement ancrée

Par la voix du peuple confisquée

Par votre idéologie sous- marine

Je vous salue Marine

 

Par vous la vérité falsifiée

Par vos invectives injustifiées

Par votre idéologie fasciste sous-marine

Je vous salue Marine

 

Je n’ai plus aucune illusion

J’ai mes propres de convictions

Je suis en effet libertaire

Par mon refus de la misère

Par ma profonde abjection

Du cynisme des grands patrons

De ceux qui les défendent

Et que je veux pourfendre

Ainsi la macronnerie

Jamais ne se soucie

Que ce sont les puissants

Ceux bien sûr de la finance

Parce que détiennent la puissance

Que de les pourfendre notre avenir dépend.