Du racisme d’État

COMMUNIQUÉ

Quelle que soit la couleur du gouvernement à ses commandes, l’État masque mal sa vraie nature autoritaire et fascisante. C’est ainsi qu’orné de roses fanées il s’emploie à mettre en œuvre les concepts d’une extrême droite décomplexée. Nous n’avons jamais été dupes, la démocratie qui s’accorde de représentants n’est qu’une forme subtile d’autocratie. Rarement cette lucidité n’a autant été mise en relief… par l’État lui-même !
Les mesures d’état d’urgence, à elles seules et par l’approbation quasi-générale qu’elles obtiennent au sein de la classe politique ‘de gouvernement’ toutes tendances confondues, expriment sans détour la violence que sont capables de déployer nos soi-disant représentants pour imposer leurs pouvoirs. Si on ajoute à cela les mesures de déchéances nationales, le racisme d’État ne devrait plus faire de doute pour quiconque contemple la scène avec un peu de recul.
Directement issue des carnets de notes nauséabonds de Le Pen, cette escroquerie n’a, bien entendu, pour utilité que de renforcer des ressentis haineux qui forgent les sentiments d’appartenance nationale. L’évidence est impérative : à travers ce concept merdeux, le doigt inquisiteur de la « France blanche et catholique » est directement pointé vers « l’envahisseur arabe« , terrible fantasme éculé et gerbant.
Nous voulons sans équivoque adresser toute notre solidarité à toutes celles et tous ceux qui pour des raisons d’origine, d’apparence, de choix politiques, de luttes en cours, de classe et de toute autre raison de déranger l’ordre mesquin, raciste et droitier de l’État, se sentent persécuté-e-s, avili-e-s, déconsidéré-e-s, insulté-e-s, violenté-e-s ou méprisé-e-s.

 

YANNIS YOULOUNTAS SAUTE SUR HÉNIN-BEAUMONT !

COMMUNIQUÉS

Parce que nous ne nous résignons pas face au FN

Ne vivons plus comme des esclaves !!!

Venez nombreux à la projection/débat du film Ne vivons plus comme des esclaves

– dimanche 15 juin à 17h à Hénin-Beaumont.
– lundi 16 juin à 21h à Béthune.

Yannis Youlountas, le réalisateur du documentaire, sera présent et vous invite à une discussion autour de la monté des fascismes, des alternatives de vie, des luttes, des espoirs… tout est à imaginer ensemble!

Un concert suivra la rencontre, nous voulons qu’on nous rende les couleurs, les sourires et le courage d’inventer.

Un film de Yannis Youlountas

LE DIMANCHE 15 JUIN à 17h AU CAFÉ LE VEGAS

252 Boulevard Fallières
62110 Hénin-Beaumont

LE LUNDI 16 JUIN à 21h AU NAUTILUS

74 rue Boutleux
62400 Béthune

Le site internet du film

Roms : trois associations portent plainte contre Estrosi et Le Pen

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Le Forum européen des Roms et des gens du voyage a porté plainte contre le maire de Nice Christian Estrosi, et Jean-Marie Le Pen, après leurs propos sur les Roms. SOS Racisme et l’Union française des associations tsiganes comptent faire de même. Les deux hommes politiques ont récemment stigmatisé cette population, usant de « propos xénophobes et discriminatoires » selon les associations.

Le 7 juillet dernier, Christian Estrosi avait lâché le mot « délinquants »pour qualifier les Roms occupant illégalement des terrains dans sa ville de Nice. Quelques jours plus tôt, toujours à Nice, Jean-Marie Le Pen avait qualifié la présence de cette population en ville d' »urticante » et « odorante ». Ces deux sorties de figures de l’UMP et du Front national sont aujourd’hui visées par une plainte.

Le Forum européen des Roms et des gens du voyage, une ONG soutenue par le Conseil de l’Europe, a décidé de déposer une plainte auprès du parquet de Nice. Sur son site internet, l’association dénonce une « compétition dans la stigmatisation qui emploie un discours de haine pour gagner des soutiens électoraux ». Les propos d’Estrosi et Le Pen sont qualifiés de « xénophobes et discriminatoires » par le président de l’ONG Rudko Kawczynski, dans deux courriers adressés au procureur de Nice. L’initiative du Forum européen des Roms et des gens du voyage sera imitée dans les prochains jours par SOS Racisme et l’Union française des associations tsiganes.

Estrosi-Le-Pen

Source : France Info

La compagne du néo-nazi Varg Vikernes est sortie de garde à vue

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

La compagne de « Varg » est donc sortie libre du commissariat de Brive ce mercredi soir après plus de 24 heures de garde à vue. La Française et son compagnon norvégien ont été arrêtés mardi en Corrèze dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons de visées terroristes. C’est elle qui avait acheté légalement quatre fusils 22-long rifle pour le compte de son mari.

Pour l’avocat de Kristian Vikernes, l’acquisition de ces armes répondaient surtout « à la philosophie de vie choisie par le couple : le survivalisme ». D’après ce courant de pensée, la fin du monde est proche et il faut s’armer pour y faire face.

Quoi qu’il en soit, les services de renseignements ont « considéré que les messages qu’il faisait passer ces derniers temps sur internet manifestaient une très grande violence », d’après Manuel Valls. Le suspect s’est installé en France après une condamnation à 21 ans de prison pour le meurtre d’un rival musicien. Vu les soupçons d’actes terroristes, le quadragénaire peut être retenu jusqu’à 96 heures en garde à vue.

La maison du néonazi Varg Vikernes et sa compagne française en Corrèze

La maison du néonazi Varg Vikernes et sa compagne française en Corrèze

Source : France Info

Italie: un sénateur compare une ministre noire à un orang-outan

 ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Un sénateur du parti anti-immigrés de la Ligue du Nord a comparé à un orang-outan Cecile Kyenge, première ministre noire de l’histoire italienne, des paroles que le chef du gouvernement italien Enrico Letta a jugées dimanche «inacceptables».

Samedi, lors d’une réunion de son parti à Treviglio (près de Bergame, nord), le sénateur Roberto Calderoli, connu pour ses déclarations polémiques, avait déclaré à propos de la ministre d’origine congolaise: Cecile Kyenge «fait bien d’être ministre mais peut-être devrait-elle le faire dans son pays (…) Je me console quand je surfe sur Internet et que je vois les photos du gouvernement. J’aime les animaux (…) mais quand je vois les images de Kyenge, je ne peux m’empêcher de penser à des ressemblances avec un orang-outan, même si je ne dis pas qu’elle en soit un».

Ces déclarations ont circulé comme une traînée de poudre dans les médias et sur les réseaux sociaux, provoquant nombre de réactions indignées. Dimanche matin, dans un communiqué officiel, Enrico Letta s’est fendu en personne d’une réaction: «Les paroles rapportées aujourd’hui par la presse et attribuées au sénateur Calderoli à propos de Cecile Kyenge sont inacceptables et dépassent toutes les limites.» Dans ce communiqué, il exprime «sa pleine solidarité et son soutien à Cecile».

Le président du Sénat Pietro Grasso a exigé des excuses de Calderoli , et son homologue de la Chambre des députés Laura Boldrini a exprimé sa solidarité à la ministre en condamnant «des paroles vulgaires et indignes des institutions».

Quand à la principale concernée, elle a déclaré dimanche à l’agence italienne Ansa: «Je ne prends pas personnellement les paroles de Calderoli, mais elles m’attristent à cause de l’image qu’elles donnent de l’Itali. JEcrois que toutes les forces politiques doivent réfléchir à l’usage qu’elles font de la communication.»

 Calderoli est un habitué des provocations: en 2006, il avait dû démissionner du gouvernement Berlusconi après s’être exhibé avec un T-shirt anti-islam sur Mahomet.

Depuis sa nomination, Cecile Kyenge a dû affronter plusieurs manifestations d’hostilité de la Ligue du Nord, un parti allié au Peuple de la Liberté de Silvio Berlusconi mais qui se trouve actuellement dans l’opposition.

Dès sa prise de fonction fin avril, Cecile Kyenge a été la cible d’agressions verbales et menaces de mort, postées sur des sites racistes et même sur sa page officielle Facebook.

La ministre italienne de l'Intégration Cecile Kyenge

La ministre italienne de l’Intégration Cecile Kyenge

Source : Liberation

Qui est Varg Vikernes, le néo-nazi norvégien

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

La police a arrêté mardi un Norvégien, qui résidait en Corrèze depuis sa sortie de prison pour meurtre, et son épouse française. Le parcours de ce chanteur de black metal, qui qualifie ses idées de « satanistes, nationalistes, racistes, racialistes (…) et même nazies », laissait craindre des intentions terroristes.

Kristian Vikernes est né le 11 février 1973 près de Bergen, à l’ouest de la Norvège. A la fin des années 80, celui qui quitte son prénom pour prendre celui de Varg (loup en norvégien) se met à la guitare. « Je n’avais rien d’autre à faire alors je consacrais la majorité de mon temps à travailler sur la musique », raconte-t-il en 2012 au site Radio Metal.

Avec deux amis, ils fondent un groupe de black metal, Kalashnikov, « parce que c’est le nom de mon arme d’assaut favorite », comme il l’explique lui-même sur Internet. Le groupe devient rapidement Uruk Haï, du nom donné par l’auteur de la trilogie du Seigneur des AnneauxJ.R.R. Tolkien à une race d’Orques.

En 1991, Vikernes fonde Burzum, qui tire également son nom des œuvres de Tolkien. Particularité de ce groupe de black metal, c’est unone-man-band : Vikernes est le seul membre de cette formation.

Sa carrière ne dure cependant pas longtemps : en 1993, il est condamné à 21 ans de prison (la peine la plus lourde en Norvège) pour le meurtre de Øystein Aarseth, alias Euronymous, membre du groupe Mayhem. Les deux hommes ont entretenu une amitié, avant de se disputer. Euronymous a été retrouvé mort avec 23 coups de couteau. Vikernes a raconté par la suite que c’est Euronymous qui avait prévu de le tuer, et qu’il était allé voir son rival pour mettre les choses au point, avant que la situation ne dégénère.

La vidéo de l’énoncé du verdict, disponible en ligne, montre Vikernes accueillant le verdict avec le sourire. A 21 ans, il est incarcéré.

Les années de prison permettent d’en apprendre plus sur Vikernes. Interviewé par les réalisateurs américains Aaron Aites et Audrey Ewell, le jeune homme va leur accorder un long entretien dans lequel il se vante également d’avoir incendié de nombreuses églises en Norvège. « Les voix dissidentes ne sont pas tolérées dans nos sociétés contemporaines », se plaint-il dans cette interview.

Vikernes y apparaît comme un personnage antisémite et christianophobe. Il décrit la religion chrétienne « comme une secte juive », qui serait  « la source de tous les problèmes du monde moderne ». D’un point de vue religieux, il se dit adepte de la religion néopaïenneÁsatrú  et du dieu Odin. Le Norvégien entretient également une fascination pour le nazisme, qualifiant ses idées de « satanistes, nationalistes, racistes, racialistes (…) et même nazies ».

Il aurait fait partie des 530 personnes à avoir reçu le manifeste d’Anders Behring Breivik, reconnu coupable du meurtre de 77 personnes lors des tueries d’Oslo en juillet 2011. Vikernes a d’ailleurs considéré cet acte un geste de « légitime défense » face à une immigration qui « menaçait la nation » norvégienne. Il n’est cependant pas un sympathisant de Breivik, puisqu’il a expliqué à propos du tueur d’Oslo qu’aucun « vrai nationaliste ne tuait les enfants de sa propre nation ».

En octobre 2003, Vikernes tente de s’évader, sans succès. Il est finalement libéré en mai 2009. Il s’installe en France, à Salon-la-Rou (Corrèze), et se marie avec une Française, Marie Cachet. Ils ont eu trois enfants ensemble et attendent un 4ème.

Le couple a mis en place une organisation, Ancestral Cult, qui a pour but de « faire revivre les philosophies et religions antiques ». Pour ce projet, ils ont réalisé en mars 2013 un film, ForeBears (Ancêtres), qui raconte le voyage spirituel de Vikernes à l’Âge de pierre, pour étudier les rites ancestraux, comme le culte de l’ours. Le film dure 1h40, mais une bande annonce de 10 minutes disponible sur YouTube permet d’en avoir un bref aperçu.

Que faisait véritablement Vikernes en France ? La police redoutait « un potentiel passage à l’acte violent » de cet admirateur d’Anders Behring Breivik.

Alors qu’une enquête est en cours, une chose est certaine : Vikernes s’intéressait de près de la situation de son pays de résidence. En 2012, il a tenu des propos extrêments virulents dans son entretien avec Radio Metal : « Tu sais, je me battrais, tuerais et mourrais volontiers pour la France et le peuple français, votre nation est européenne et vous êtes comme l’un de mes frères, mais comment le pourrais-je alors que vous vous moquez complètement de vous battre pour votre pays vous-mêmes ? Vous abandonnez votre propre nation et crachez sur la mémoire de ceux qui se sont battus et sont morts pour défendre la France. »

Sur le blog de Burzum, il appelle la même année ses lecteurs à voter pour Marine Le Pen, dans un billet rédigé en français : « La situation de votre nation est critique et va de plus en plus mal d’heure en heure. Vos campagnes sont belles, mais seulement parce qu’elles sont encore peu touchées par la masse de l’immigration. (…) Quand bien même vous seriez un idiot égoïste, vous devriez comprendre que seulement votre vote pour le FN évitera que cette souffrance ne vous touche, tôt ou tard. »

Preuve également qu’il suivait de près l’actualité nationale, Vikernes a commenté samedi dans un billet de blog le déraillement d’un train à Bretigny-sur-Orge : il y voit un complot orchestré par des jeunes immigrés avides de dépouiller les victimes. Un texte antisémite et xénophobe qui reprend les thèmes développés depuis de nombreuses années par le chanteur de métal.

Au moment de son arrestation, la police a trouvé quatre fusils chez lui. Sa femme prenait également depuis peu des cours de tir, ce qui faisait craindre une tuerie sur le modèle de celle perpétrée par Breivik. Le parquet antiterroriste de Paris a été saisi.

Varg_Vikernes

Source : France Info

Un néo-nazi norvégien arrêté en Corrèze

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Kristian Vikernes, dit Varg a été interpellé ce matin par la police en Corrèze sur la commune de Salon-la Tour où l’homme résidait, dans une ferme, avec sa compagne française. Il était installé en France  après avoir purgé une peine prison de 21 ans en Norvège pour meurtre.

L’homme serait un sympathisant d’Anders Behring Breivik, l’auteur de la tuerie d’Utoya qui a fait 77 morts en juillet 2011 et pour laquelle il a été condamné à 21 ans de prison en août 2012. Vikernes fait partie des 530 sympathisants à avoir reçu le manifeste d’Anbders Behring Breivik.

Il a été placé en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.

La police, qui le soupçonnait de préparer un « massacre », procède actuellement à une perquisition dans son domicile à la recherche d’armes et d’explosifs.

Le parquet antiterroriste de Paris a été saisi.

Varg Vikernes né en 1973, également connu sous le nom de Count Grishnackh est un musicien de black metal fondateur du projet Burzum. Il est connu pour ses engagementsanti-christianistes et néo-nazis.

En 1994 Vikernes était condamné à 21 ans de prison en Norvège après avoir poignardé Øystein Aarseth, un autre musicien de black métal membre du groupeMayhem. Selon sa page wikipédia, l’homme est également l’auteur de plusieurs incendies criminels visant des églises en Norvège.

Il a été libéré en 2009 après 16 années de réclusion.

backpatch-anti-nazi

Source : France 3

16 Juillet 1942 : La Rafle du Vél’ d’Hiv’

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Le 16 juillet 1942 est organisée la Rafle du Vél’ d’Hiv’, ou la Rafle du Vélodrome d’Hiver. Cette arrestation massive de Juifs est la plus grande réalisée en France pendant la Seconde Guerre Mondiale : 13 152 personnes dont 4 115 enfants sont arrêtées. Environ la moitié est rassemblée dans le Vélodrome d’Hiver, à Paris, l’autre étant envoyée dans le camp de Drancy, au nord est de la capitale. Ils devront survivre dans le stade pendant cinq jours, sans nourriture et presque sans eau. Les prisonniers du Vél’ d’Hiv seront ensuite dispatchés dans plusieurs camps de la région parisienne, puis envoyés dans le camp de déportation d’Auschwitz. Très peu survivront à l’horreur des camps. L’opération « Vent Printanier », dont la rafle faisait partie, prévoyait 22 000 arrestations ; les historiens postulent que les réseaux de résistance ou un certain manque de zèle de la part des policiers français, forcés de participer aux arrestations, peuvent expliquer cette différence.

photo-de-juifs-arretes-lors-de-la-rafle-du-vel-d-hiv-en-juillet-1942-10734254fzxkg_1713

Source : Euronews

Le nouveau timbre inspiré d’une femen : les anti-mariage gay appellent au boycott

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Le nouveau timbre Marianne, au visage jeune semblant sortir tout droit d’une bande dessinée, a été dévoilé dimanche à l’Elysée, par le président François Hollande qui soulignait que son effigie était « l’illustration » de la jeunesse « priorité de (son) mandat ».

Son effigie est aussi et surtout Inna Shevchenko, la fondatrice des Femen comme l’a expliqué Olivier Ciappa, le créateur du timbre, sur Twitter.

L’artiste avait déjà fait la Une des journaux à la fin du mois de juin lorsque son exposition contre l’homophobie avait été vandalisée à deux reprises. L’exposition d’Olivier Ciappa, intitulée « Les Couples imaginaires », mettait notamment en scène des personnalités de tous horizons formant des couples homosexuels ou familles homoparentales fictifs.

Après la présentation de son timbre dimanche 14 juillet, l’artiste a montré fièrement son œuvre sur Twitter, un symbole qui n’a pas vraiment plu aux anti-mariage gay. Lundi 15 juillet, Olivier Ciappa a en effet expliqué sur sa page Facebook avoir reçu des « messages de menace et de haine sur Twitter ».

Christine Boutin, L’ancienne présidente du Parti Chrétien démocrate,  a tweeté plusieurs fois à ce sujet, se révoltant contre « le modèle pour la jeunesse » choisi par l’artiste et appelant au boycott du timbre

Le 14 juillet des anti-mariage gay a été chargé. Après que quelques militants ont sifflé et hué François Hollande pendant sa revue des troupes sur les Champs Élysées, c’était au tour du Printemps Français de faire un lâché de ballons qui a gêné les parachutistes qui participaient au défilé. Le nouveau timbre a été dévoilé en début d’après-midi et la soirée s’est terminée sur un feu d’artifice aux couleurs du drapeau symbole de la cause homosexuelle.

Voilà qui ne devrait pas apaiser les tensions, Inna Shevchenko s’est félicité sur Twitter d’apparaître sur les timbres : « Femen est sur un timbre français. Maintenant, tous les homophobes, extrémistes, fascistes auront à lécher mon cul lorsqu’ils voudront envoyer une lettre. »

tete

Source : France Info

Grèce: le racisme a quartier libre dans les rues d’Athènes

BILLETS D’HUMEUR : Chez les bas du front

En ce mardi 16 juillet quoi de neuf en ce monde ??? Omar Diallo montre avec hésitation son crâne tuméfié. Le jeune homme est pourtant habitué à la violence. Il a fui son pays natal, la Guinée, après avoir connu la prison pour ses idées. Mais le racisme violent et décomplexé qui s’exprime dans les rues de la Grèce en crise, ça, il ne connaissait pas.

Dans le quartier d’Athènes où il habite, où s’alignent des devantures de magasins vides, à louer ou à vendre, couvertes de graffitis, «il y a des zones, où nous n’avons plus le droit d’aller, ou alors seulement en groupe», car «nous subissons des intimidations» venues de groupes qu’il désigne sous le terme générique de «racistes», assure-t-il.

Son récit corrobore celui de beaucoup des 154 victimes d’attaques physiques violentes recensées dans des lieux publics en 2012 en Grèce, dont 107 à Athènes, par un réseau d’organisations non gouvernementales, soit plus d’un incident tous les trois jours.

Il était seul: «Quatre personnes m’ont rattrapé dans la rue, l’un d’entre eux m’a tapé avec quelque chose au niveau de la tête. Je suis tombé, ils m’ont donné des coups. Quand ils ont fini, ils sont partis».

Pas de slogan raciste, pas de revendication, pas de traces. La police a fait transporter Omar à l’hôpital, où il a reçu des points de suture sur le crâne.

«Dans la vaste majorité des cas, les victimes sont étrangères et considèrent qu’elles ont été ciblées en raison de la couleur de leur peau» indique le rapport des ONG. Dans huit cas, les victimes affirment avoir reconnu des membres du parti néo-nazi Aube dorée, en raison des insignes qu’ils portaient sur eux, précise le rapport.

Cette violence parfois assortie d’insultes racistes, tétanise les témoins. «J’ai vu un jeune Pakistanais se faire battre sous mes yeux par deux colosses, qui ont remonté tout le couloir de bus pour l’aborder, avant de le jeter violemment dans la rue. Je ne suis pas intervenu, car j’ai eu peur» confesse mortifié un retraité français, qui vit à Athènes depuis un an.

Selon le rapport, seulement 24 victimes en 2012 sont allées déposer plainte à la police.

Pour Omar, 28 ans, qui était étudiant en relations internationales à Conakry, pas de doute, l’augmentation des violences racistes «a commencé lorsque (Antonis) Samaras est arrivé au pouvoir», en juin 2012: Le parti néo-nazi Aube Dorée «est entré au Parlement» avec 18 députés. «Ils se sont sentis forts politiquement».

omar-diallo-jeune-guineen-agresse-a-athenes-le-19-juin-2013

«Pratiquement chaque jour dans différents endroits du pays, particulièrement à Athènes, des attaques racistes ont lieu» résume Giorgos Tsabropoulos, qui dirige le Haut comité aux réfugiés de l’ONU en Grèce.

Les agresseurs «essaient de ne pas tuer, mais de provoquer des blessures visibles, pour répandre la peur dans les communautés», explique Dr Nikitas Kanakis, secrétaire général de Médecins du Monde en Grèce.

Des photos d’un homme au dos lardé de coups de couteau ont fait le tour du monde. Il a aussi dénoncé le cas d’un enfant afghan de 14 ans, qui a eu le visage tailladé à coups de tessons de bouteille dans un quartier bastion des néonazis à Athènes.

Le pouvoir exécutif condamne les agissements «inacceptables» du parti Aube Dorée, qui est «clairement un parti néo nazi», selon le ministre de l’Ordre public et de la protection du Citoyen, Nikos Dendias.

Mais, alors que le pays peine à muscler son arsenal anti-raciste et à se mettre d’accord sur un texte de loi pourtant souhaité par le conseil de l’Europe, le ministre, dans une interview récente à la BBC, affirme que son pays «n’a pas besoin de loi antiraciste».

Selon lui, l’influence d’Aube dorée et l’émergence de son discours xénophobe et raciste, est directement liée aux arrivées d’immigrants illégaux en Grèce «qui représentent un énorme poids» pour la société. Il demande une aide supplémentaires de l’UE pour gérer cet afflux.

«Nous avons créé une brigade spéciale dans la police (pour lutter contre le racisme, NDLR), (…) des enquêtes sont ouvertes pour crimes racistes, et je pense que les gens qui agissent illégalement devraient aller en prison» dit-il.

Depuis l’hiver dernier, l’ambassade des Etats-Unis en Grèce met en garde sur son site internet les touristes américains contre des «attaques violentes» visant «ceux qui, en raison de leur couleur de peau, sont perçus comme des migrants» en Grèce, et appelle à la prudence ses ressortissants à risque, «ayant des origines africaines, asiatiques, hispaniques ou moyen-orientales».

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

325391_355052287856092_100000539717927_1282411_363818952_o

Source : Liberation

Etats-Unis : vague de protestation après l’acquittement du meurtrier de Trayvon Martin

ACTUALITÉS : Chez les bas du front, Un monde enragé

George Zimmerman, le garde bénévole qui a tué un adolescent noir l’année dernière en Floride, a été acquitté, samedi. Révoltés par cette décision de justice, de nombreux Américains ont manifesté dans la nuit de samedi à dimanche.

Réagissant à l’acquittement du meurtrier de l’adolescent noir Trayvon Martin annoncée samedi soir, des centaines de manifestants se sont précipités dans les rues de plusieurs villes des Etats-Unis. L’année dernière, George Zimmerman avait abattu le jeune homme de 17 ans.

Rassemblée devant le palais de justice de Sanford samedi, une foule de plusieurs centaines de personnes a accueilli le verdict concernant Zimmerman avec colère et indignation. Depuis, plusieurs marches spontanées se sont déroulées dimanche matin. San Francisco, Chicago, Washington, Atlanta, Philadelphie… La révolte ne se limite pas à la Floride, où le crime a eu lieu.

Peu après l’annonce de l’acquittement en Floride, le mouvement a commencé en Californie. Les rues de San Francisco se sont remplis de plusieurs centaines de manifestants pacifiques et encadrés par la police. Quelques heures plus tard, ce sont les habitants en colère d’Oakland, tout près de San Francisco, qui ont crié leur colère. Ils ont réagi de manière violente, couvrant les voitures de peinture, brisant des vitres et allant jusqu’à piller une voiture de police.

À Chicago, les manifestants se sont rassemblés en plein centre-ville, hurlant « Pas de justice, pas de paix! Aucun policier raciste! ». Le parc Times Square de New-York a également vu des manifestants se rassembler pour exprimer leur indignation. La police de Los Angeles, déclarant « par précaution » une « alerte tactique dans toute la ville », déclarait le rassemblement sans violence de quelque 200 manifestants dans un des quartiers noirs de la ville. Moins important mais à signaler tout de même : des dizaines de personnes, principalement de jeunes afro-américains ont aussi défilé à Washington.

Les parents de Trayvon Martin, absents lors du verdict, appellent depuis la mort de leur fils à des manifestations non-violentes, se référant à Martin Luther King et à la Bible.

Qualifiant l’acquittement de Zimmerman de « gifle pour le peuple américain », l’activiste Al Sharpton a annoncé que la riposte avait « l’intention de demander au ministère de la Justice la même procédure que dans le cas de Rodney King ». Cette jeune afro-américaine avait été battue par la police suite à une course poursuite en voiture en 1991. L’acquittement des policiers impliqués avait provoqué des pillages et de violentes émeutes à Los Angeles.

La décision concernant le meurtrier de Trayvon Martin, prise par un jury populaire composé de six femmes, relance le débat autour des intentions du meurtrier. Pour le parquet, George Zimmerman, vigile bénévole de son quartier, se serait cru investi d’une mission officielle en poursuivant et abattant l’adolescent sans la moindre justification.

usa

Source : France Info

Roms : Estrosi publie un « guide pratique » contre les occupations illégales

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Le maire UMP de Nice va envoyer aux collectivités locales un « guide pratique » pour lutter contre les occupations illégales des gens du voyage.

Pose de cadenas, dépôts de plaintes, cartographies… Le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi a préparé à l’attention des collectivités locales un « guide pratique » pour faire face aux « occupations illégales du domaine public par des populations non sédentaires ». « Nous sommes confrontés à un refus de plus en plus fréquent du concours de la force publique par l’Etat » en cas d’occupations illégales de biens du domaine publique, souligne l’élu dans un « édito » préfaçant le guide pratique, publié dimanche sur le site du JDD et dont l’AFP a obtenu une copie.

« Aujourd’hui de très nombreux maires partagent ce sentiment d’abandon de l’État et d’impuissance face à de telles situations », ajoute l’élu UMP, en soulignant qu’une « personne qui entre par effraction dans une propriété qui ne lui appartient pas est un délinquant ».

L’élu, qui a lui-même expérimenté dans les Alpes-Maritimes tous les recours légaux possibles, propose dix recettes pour « lutter contre l’occupation illégale de terrain » et dix autres pour « anticiper l’installation des populations non-sédentaires et éviter les squats ».

Il conseille en particulier « d’identifier, cartographier et sécuriser » des sites susceptibles d’être occupés par les gens du voyage, afin de poser des cadenas pour éviter les intrusions. Parmi ses autres préconisations : relever l’ensemble des immatriculations, installer des caméras nomades en trois heures, faire dresser un constat d’huissier des dégâts occasionnés et surtout solliciter la force publique qui doit expulser les illégaux dans les 48 heures.

le-depute-maire-de-nice-ump-christian-estrosi

Source : RTL

Les bas du front d’Hommen font défiler un faux Hollande aux côtés de Staline et Hitler

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Un faux François Hollande en voiture, puis bras dessus bras dessous avec Hitler et Staline : les Hommen, groupuscule d’opposants au mariage homosexuel, ont organisé dimanche, jour de fête nationale, un défilé dans le centre de Paris. Suivie d’hommes menottés et torses nus portant l’inscription « Hollande dictateur », une voiture décapotée s’est ébranlée de la place de la République avec à son bord un homme le visage recouvert d’un masque représentant le président français, flanqué de deux passagers qui avaient des masques reproduisant les traits des dictateurs allemand et soviétique, responsables de millions de morts. Une scène censée parodier le défilé du 14 Juillet sur les Champs-Elysées qui s’était déroulé quelques heures plus tôt et ponctuée par les huées et les sifflets d’opposants au mariage homosexuel à l’intention du chef de l’Etat. Rue de Rivoli, les trois hommes ont fini à pied, bras dessus bras dessous. « S’ils font cette comparaison, le devoir c’est de les écouter, de ne pas dire que ce sont des petits cons et de se demander pourquoi disent-ils ça ? « , a commenté, en marge du cortège Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français, nébuleuse agrégeant certains des opposants les plus déterminés au mariage homosexuel. « Si des jeunes ne peuvent pas être dans l’entièreté, alors qui le sera ? « , a-t-elle demandé. Plusieurs manifestants ont été interpellés. Le 13 janvier, pendant la première manifestation contre le mariage homosexuel, Xavier Bongibault, un des porte-parole des contestataires, avait suscité l’indignation en établissant un parallèle entre le président français et Hitler.

hitler-et-staline-par-les-hommen-le-14-juillet-2013

Source : DH

Brétigny-sur-Orge : pas « de victimes dépouillées »

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Beaucoup rumeurs, alimentés par les sites d’extrême droite, parlaient de scènes de pillages sur les victimes et de caillassage des secours lors du drame de Brétigny-sur-Orge. Pourtant, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a indiqué samedi sur i>Télé n’avoir pas eu connaissance de « victimes dépouillées » par des délinquants après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge, comme des rumeurs en font état depuis vendredi. Le ministre a fait état d' »actes isolés », d' »une personne interpellée », d' »une tentative de vol de portable » au préjudice d’un secouriste, de « pompiers qui, par petits groupes, ont été accueillis de façon un peu rude ». Mais de « véritables actes commis en bande, non », a dit le ministre, qui a ajouté : « À ma connaissance, il n’y a pas eu de victimes dépouillées. »

Contacté par l’AFP, le sous-préfet d’Étampes, Ghyslain Chatel, a confirmé l’interpellation et a précisé qu’il n’y en avait pas eu d’autres. Il a démenti que des secours aient fait l’objet de jets de projectiles, à l’exception d’un camion de pompiers qui pourrait avoir été visé mais n’aurait pas été touché. Selon une source judiciaire, le jeune homme, interpellé vers 19 h 30 pour « outrage, vol et violences en réunion », est mineur. Il a été placé en garde à vue.

Une fois de plus l’extrême droite c’est empares d’un acte isolés pour en faire une généralité… Honte une fois de plus sur eux et leur idéologie puante.

hoax

Aide : Le Point

Agen : contrôles judiciaires levés pour les agresseurs d’une agression raciste

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Ils n’ont pas été jugés et la victime est repartie avec ses angoisses et ses incompréhensions sous le bras.

Vendredi après-midi, comme il l’a fait pour trois prévenus précédemment, le tribunal correctionnel a décidé de ne pas juger deux Agenais qui comparaissaient pour l’agression d’un jeune maghrébin en juin à Agen.

La juridiction a invité le ministère public à mieux se pourvoir.

L’affaire devrait connaître une évolution lors de la prochaine convocation devant un juge d’instruction des agresseurs présumés en vue d’une mise en examen.

Malgré la présence de plusieurs soutiens de la victime et certainement de ses agresseurs, l’audience s’est déroulée sans aucun incident. À l’intérieur, comme à l’extérieur du palais de justice.

bonehead

Source : Sud Ouest