Égypte : un an après son élection, Morsi plus que jamais contesté

ACTUALITÉS : Un monde enragé

L’Égypte s’attend à vivre ce dimanche une journée sous haute tension. Un an après l’élection de Mohamed Morsi à la présidence post-Moubarak, ses opposants comptent manifester en masse dans tout le pays. Déjà ces derniers jours, les manifestations ont fait plusieurs morts.

Il devrait y avoir du monde. Beaucoup de monde. L’Égypte attend ce dimanche une véritable marée humaine au Caire, à Alexandrie et dans les autres villes du pays. Mobilisés, des centaines de milliers d’opposants à Mohamed Morsi, qui ont tous coché cette date du 30 juin.

Pourquoi ? Parce que ce dimanche marque le premier anniversaire de l’investiture du président égyptien, le premier élu après l’ère d’Hosni Moubarak.

Mais les espoirs du peuple ont rapidement laissé place à une large désillusion. Accusé d’accorder trop de place aux islamistes, notamment dans la constitution adoptée par référendum en décembre dernier, le membre des Frères musulmans affronte aujourd’hui la plus grave crise depuis son arrivée au pouvoir.

Le mouvement Tamarod (« rébellion », en arabe) affirme avoir réuni près de 22 millions de signatures sur une pétition réclamant le départ de Mohamed Morsi. Un document écarté d’un revers de la main par le président égyptien, qui affirme vouloir rester jusqu’à la fin de son mandat, en juin 2016.

Face à la colère d’une partie de son peuple, il a souligné mercredi lors d’un long discours le risque de « chaos » généré par la contestation actuelle, appelant l’opposition au dialogue. Mais il reste accusé de ne rien faire face à la crise sociale et économique qui secoue le pays.

Au Caire, les manifestants vont tous converger en fin d’après-midi vers le palais présidentiel d’Héliopolis. Sur la place Tahrir, certains appellent déjà à une nouvelle révolution.

Il ne faut pas grand chose désormais pour que l’Égypte s’embrase à nouveau. Cette semaine, huit personnes ont été tuées à travers le pays dans des manifestations, dont trois rien que vendredi à Alexandrie.

egy

Source : France Info

Égypte : Trois morts dans des manifestations

TOUS AUX BARRICADES ! : Un monde enragé

Dans le nord de l’Égypte, à Alexandrie, deux personnes ont été tués ce vendredi, et 70 autres blessées dans des heurts entre partisans et opposants du président Mohamed Morsi. Un jeune homme aurait succombé à un coup de couteau à la poitrine, tandis que la deuxième victime a été touchée par une balle. Ces incidents ont eu lieu dans le quartier de Sidi Gaber au nord d’Alexandrie. Le siège du Parti de la Liberté et de la justice, vitrine des Frères musulmans a été incendié.

Un troisième homme a été tué dans une explosion au cours d’une manifestation à Port Saïd, à l’entrée du canal de Suez. Dix autres personnes ont été blessées. La cause de cette explosion n’était pas connue mais pour les manifestants, il s’agissait d’une bombe. Ils ont attaqué la permanence d’un parti islamiste de la ville. Au total, huit permanences des Frères musulmans ont été attaquées, affirme le mouvement.

Des dizaines de milliers d’Egyptiens pro et anti Morsi sont descendus dans les rues vendredi à travers tout le pays. Au Caire, des milliers de personnes se sont rassemblées à l’appel des islamistes devant la mosquée Rabaa al-Adawiya de Nasr City. Ces manifestants ont promis de défendre « la légitimité » de l’élection de Mohamed Morsi.

Dans l’autre camp, les manifestants anti-Morsi ont défilé au Caire sur l’emblématique place Tahrir. La foule a scandé « Morsi dégage ».

Les heurts meurtriers à Alexandrie font craindre une propagation des violences. Mercredi et jeudi, quatre personnes Egyptiens étaient morts dans des affrontements similaires dans le delta du Nil. Dimanche, une grande mobilisation est prévue, jour du premier anniversaire de l’investiture du président Mohamed Morsi.

La légitimité du président égyptien est au cœur de toutes les tensions. Ses détracteurs l’accusent de ne pas prendre en considération les revendications qui avaient déclenché la révolte en 2011. Les opposants de Mohamed Morsi estiment aussi qu’il ne fait rien pour résoudre une situation économique marquée par le chômage et l’inflation.

Egypt

Source : France Info

Mort de Clément Méric: L’imbroglio continue autour de la vidéo de la scène du drame

ACTUALITÉS : Un monde enragé

Qui a vu quoi? Deux jours après la révélation de l’existence d’une vidéo de l’agression qui a coûté la vie à Clément Méric, le 5 juin à Paris, de nombreuses questions restent en suspens autant sur le contenu des images que sur leur provenance.

Mardi, RTL indiquait que la bande émanait d’une caméra de la RATP à la station Havre-Caumartin. Une affirmation rejetée mercredi par la régie, qui a assuré àPolitis «être sûre que la vidéo ne provient pas de chez (elle)». «De toute façon, nous n’avons pas le droit de filmer la voie publique», a précisé la RATP.

Que montrent ces images? Que le jeune militant antifasciste a provoqué son agresseur, comme l’affirmait RTL? Ou qu’elles n’apprennent rien de nouveau, comme l’indiquait Libération qui, citant un commissaire de la PJ, soulignait que rien ne permettait de dire que Clément Méric avait «déclenché l’agression» sur son meurtrier présumé?

Ces interprétations ont nourri les théories des opposants aux militants d’extrême gauche, qui se sont empressés mardi de faire valoir que Clément Méric avait cherché la bagarre tandis que les skinheads avaient cherché à fuir.

Pourtant, selon France Inter, personne, hormis la police judiciaire, n’a encore vu la vidéo. Les juges eux-mêmes n’ont pas encore visionné les images. «C’est une non-affaire, cette vidéo», s’est agacé auprès de la station une source policière, qui estime que, de toute façon, savoir qui a porté le premier coup n’est pas la question principale.

article_WEB-MERIC-ANTIFA

Source : 20 Minutes

Tunisie : condamnées à de la prison avec sursis, les Femen libérées

ACTUALITÉS : Un monde enragé

En Tunisie, les Femen qui avaient montré leurs seins fin mai, ont été condamnées ce mercredi en appel à quatre mois de prison et un jour. Les trois militantes, deux Françaises et une Allemande ont été libérées dans la nuit de mercredi à jeudi. Elles ont quitté la prison qu’elles occupaient depuis plus de trois semaines.

A l’occasion de leur procès en appel à Tunis, les trois militantes se sont excusées de leur action. « On ne pensait pas choquer les Tunisiens à ce point, il est hors de question pour nous de recommencer » a déclaré la Française Pauline Hillier. L’Allemande Joséphine Markmann a déclaré au juge tunisien « je regrette cet acte et je m’en excuse ». La dirigeante de Femen à Paris, Inna Schevchenko a qualifié ces regrets « de retournement inattendu de la situation ». Inna Shevchenko a ajouté « j’ai de gros soupçons que les activistes ont subi d’énormes pressions psychologiques ».

 Le 29 mai dernier, les Femen ont manifesté seins nus devant le palais de justice de Tunis, en soutien à leur camarade tunisienne Amina Sbouï emprisonnée depuis la mi-mai. La jeune femme a été arrêtée après avoir peint le mot « Femen » sur le muret d’un cimetière musulman pour protester contre un rassemblement salafiste.

Le 12 juin en première instance, les trois Femen avaient été condamnées à quatre mois de prison pour « atteinte aux bonnes moeurs et à la pudeur ». Depuis leur action le 29 mai, elles étaient incarcérées à Tunis.

femen

Source : France Info

 

Égypte : au moins un mort et des centaines de blessés dans des heurts entre pro et anti-Morsi

ACTUALITÉS : Un monde enragé

Des affrontements ont éclaté mercredi soir à Mansoura, dans le nord de l’Égypte. Ils se sont produits quand des opposants au président Mohamed Morsi ont attaqué des partisans du chef de l’État. Le bilan est très important ; des manifestants ont été blessés par balles.

La tension remonte d’un coup en Égypte. Alors que Mohamed Morsi fête ces jours-ci sa première année passée au pouvoir, la contestation est de nouveau montée d’un cran dans le pays.

Les opposants au président islamiste, élu après la chute d’Hosni Moubarak, ont décidé de se faire entendre mercredi soir, dans plusieurs villes du pays, et notamment au Caire, où Mohamed Morsi tenait un discours dans la soirée.

Dans la ville de Mansoura, au nord du pays, ils ont lancé des ordures sur les participants d’une manifestation de soutien à Morsi. Au moins une personne a été tuée dans les affrontements qui s’en sont suivis selon le ministère de la Santé, et 237 autres blessés, certains par balles, selon les constatations dans les hôpitaux de la région.

Dans un discours prononcé en début de soirée, le président égyptien a estimé que « la polarisation politique et les conflits ont atteint un stade qui menace notre expérience démocratique naissante et qui menace d’entraîner l’ensemble de la nation dans un état de paralysie et de chaos ».

Les adversaires de Mohamed Morsi appellent d’ores et déjà à une journée de mobilisation massive le 30 juin prochain, dimanche, à la date anniversaire de son élection.

zdd

Source : France Info

Solidarité avec la Federação Anarquista Gaúcha (FAG) et le peuple en lutte

COMMUNIQUÉS : un monde enragé

Communiqué des relations internationales de la Fédération Anarchiste

Dans un contexte de colère et de luttes sociales qui durent depuis des semaines, la police de Porto Alegre a envahi et perquisitionné les locaux de la Federação Anarquista Gaúcha (FAG) en toute illégalité. Depuis des années, la FAG mène ses activités publiques dans ce local.

Déjà en octobre 2009, leur ancien siège avait aussi était envahi par la police civile sur ordre du gouverneur de l’époque, Yeda Crusius, suite à une affiche sur laquelle la FAG la tenait pour responsable de la mort du militant du Mouvement des sans terre (MST) Elthon Brum à San Gabriel.

Cette fois, la FAG est accusée par les mass-médias de planifier des actions de guérilla urbaine. La FAG est accusée de diffuser de la littérature anarchiste, mais que pensaient-ils trouver dans un local anarchiste ?

La Fédération anarchiste (FA), membre de l’Internationale des Fédérations anarchistes (IFA), dénonce le gouvernement municipal, provincial et fédéral, tous responsables de cette lâche attaque contre une organisation anarchiste, et exprime à la Federação Anarquista Gaúcha sa solidarité la plus totale

Nous continuerons à apporter notre soutien à celles et ceux qui luttent contre toutes les formes d’oppression

No Pasarán !!!

À bas la répression contre celles et ceux qui luttent !!!

Fédération anarchiste, 26 juin 2013.

200px-Logo_Fédération_Anarchiste (1)

Brésil : la présidente propose un référendum pour une réforme politique

ACTUALITÉS : Un monde enragé

La présidente veut organiser un référendum pour créer une assemblée constituante chargée d’une « réforme politique ». Elle a, par ailleurs, annoncé que 19 milliards d’euros allaient être investis dans les transports. Les manifestants sont d’accord pour discuter mais continuent « la lutte ».

Dilma Rousseff tente de calmer la révolte qui agite le Brésil. La présidente a une nouvelle fois pris la parole ce lundi. Elle a proposé un référendum pour créer une assemblée constituante en faveur d’une « réforme politique ». La dernière assemblée remonte à 1986, au lendemain de la dictature.

La présidente a reçu ce lundi quatre dirigeants du Mouvement « Passe livre », à l’origine de la fronde qui secoue le pays, et qui demandait notamment une baisse des tarifs des transports en commun. « Le gouvernement destinera 50 milliards de reais (19 mds euros) à de nouveaux investissements en travaux de mobilité urbaine » pour améliorer les transports en commun dans le pays, a dit la présidente. Dilma Rousseff a indiqué que le gouvernement fédéral était prêt à réduire les taxes sur le diesel utilisé dans le métro et les trains de banlieue.

A la sortie du rendez-vous avec la présidente, la leader su groupe « Passe livre » a déclaré que la « lutte » continuait. « Le dialogue est un pas important, mais sans actions concrètes qui confirment les améliorations pour la population il n’existe pas de progrès ».

Face à la révolte, deux villes importantes du pays, Sao Pauli et Rio de Janeiro, avaient déjà annoncé la semaine dernière qu’elles allaient baisser les prix des transports en commun.

bresul

Source : France Info

Fuite de vapeur d’eau à la centrale nucléaire de Flamanville, incident mineur selon EDF

ACTUALITÉS : Un monde enragé

Fuite de vapeur d’eau très importante à la centrale de Flamanville. Ce sont les riverains alertés par le nuage de vapeur d’eau et par le bruit très important qui se sont inquiétés et ont alerté les autorités. EDF assure qu’il n’y a pas de danger.

Il était presque 10 heures ce matin lorsque des habitants de la commune de Flamanville ont entendu des bruits ressemblants à des passages d’avion à réaction au dessus du village. Ces bruits ont duré environ un quart d’heure.

Quelques minutes plus tard, la centrale nucléaire confirmait l’incident : il s’agissait d’un important dégagement de vapeur d’eau produit dans la salle des machines.

La vapeur d’eau est sortie au dessus de la centrale de manière importante selon EDF et en provoquant beaucoup de bruit. EDF précise aussi que la situation est sous contrôle et que la fuite a été colmatée. Il n’y aurait aucun danger pour la population toujours selon EDF qui assure que la fuite est confinée au réseau secondaire de la centrale séparée de la partie nucléaire.

Quand à l’origine de cette fuite, elle reste pour l’instant inconnue. Les personnels travaillent afin d’en savoir plus. Les réacteurs n’ont pas été arrêtés.

EPR

Source : France Info

24 heures après l’intervention de Dilma Roussef, les manifestations continuent au Brésil

TOUS AUX BARRICADES ! : Un monde enragé

Quelques heures après l’intervention de la chef de l’Etat, les Brésiliens continuent de manifester. Samedi, des manifestations ont eu lieu dans douze villes du pays.

Depuis le 13 juin, les manifestations géantes visant à dénoncer les conditions de vie déplorables au Brésil réunissent des milliers de contestataires. Réagissant à la violence des évènements, la présidenteDilma Rousseff a promis d’entamer un dialogue avec les leaders du mouvement de protestation qui soulève le pays, depuis plus d’une semaine.

A Salvador, des affrontements ont éclaté entre la police et des manifestants, en grande partie sortis du match Brésil-Italie qui se tenait dans le stade de la ville.

D’autres heurts ont également éclaté à Belo Horizonte : 66.000 manifestants se sont indignés contre l’organisation de la Coupe du monde de football 2014 par le Brésil, qu’ils perçoivent comme un gaspillage de l’argent public au moment où les services publics sont loin d’être performants.

Ripostant contre des manifestants qui s’étaient immiscés à l’intérieur d’un périmètre de sécurité et se dirigeaient vers le stade, la police anti-émeute a dispersé la foule à l’aide de grenades lacrymogènes.

En dehors de ces tensions, les autres manifestations qui se sont déroulées à travers le pays, ont été plutôt calmes. A Sao Paulo, environ 30.000 personnes ont défilé contre un projet de loi prévoyant de limiter les pouvoirs du parquet, luttant ainsi contre la corruption. A Rio de Janeiro, seuls quelques contestataires sont descendus dans les rues.

Deux jours après de violents incidents  en marge des rassemblements géants, la mobilisation est moins importante, mais le mouvement continue.

bresil

Source : France Info

Turquie: la place Taksim renoue avec la violence

TOUS AUX BARRICADES ! : Un monde enragé

Les manifestations et les heurts reprennent en Turquie. Des milliers de manifestants se sont rassemblés ce samedi 22 juin place Taksim à Istanbul, pour la première fois depuis une semaine, avant d’être brutalement dispersés par la police. Des centaines d’autres ont également défilé à Ankara.

La foule était nombreuse à avoir répondu à l’appel à venir déposer un œillet dans le parc Gezi, à Istanbul, en commémoration de sa tragique expulsion il y a deux semaines. Le rassemblement avait d’ailleurs été autorisé par la police.

Mais cette forte affluence inattendue a sans doute inquiété les forces de l’ordre. Malgré l’atmosphère bon enfant du regroupement, celles-ci ont rapidement ordonné sa dispersion puis fait intervenir les canons à eau. Selon le gouverneur d’Istanbul, c’est pour rétablir une circulation normale que la décision d’intervenir a été prise.

La foule a ensuite été repoussée sans ménagement dans les artères convergeant vers Taksim où les policiers ont cette fois fait usage de gaz lacrymogènes. De nouvelles bagarres de rue ont alors rapidement éclaté, durant jusque très tard dans la nuit.

Dans la grande avenue piétonne Istiklal, des barricades ont été érigées puis démontées par les forces anti-émeutes. Jusqu’à 2h du matin, l’odeur de gaz lacrymogènes était fortement présente dans le centre-ville, alors que résonnaient à nouveau des concerts de casseroles.Les mêmes scènes de répression brutale se sont reproduites à Ankara.

Source : RFI

Israël viole les droits des enfants palestiniens, selon un organe de l’ONU

ACTUALITÉS : Un monde enragé

Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a accusé jeudi la police et l’armée israéliennes de maltraiter les enfants palestiniens, citant des cas de torture, d’arrestations nocturnes et d’isolement en prison pendant des mois.

 « Le Comité exprime sa profonde préoccupation quant aux informations faisant état de l’usage de la torture et de mauvais traitements sur les enfants palestiniens arrêtés (…) et détenus par les militaires et la police », indique le rapport des experts qui ont publié jeudi leurs conclusions.

Selon le document, des soldats procèdent régulièrement à des arrestations d’enfants, la nuit, dans les « territoires palestiniens occupés ». Ces enfants ont alors « les mains liés » et « les yeux bandés » et sont transférés vers un lieu le plus souvent inconnu de leurs parents.

Les enfants vivant dans « les territoires palestiniens occupés » sont systématiquement sujet aux violences physiques, sexuelles et verbales, et supportent également des humiliations, menaces et privations d’eau, aliments et hygiène après leur arrestation, indique le rapport.

« Ces crimes sont commis depuis le moment de l’arrestation, durant le transfert et pendant les interrogatoires, afin d’obtenir des confessions », mais aussi avant les procès, ajoute le rapport citant des témoignages de soldats israéliens.

Un motif principal d’inquiétude pour les experts de l’ONU reste le nombré élevé de jeunes Palestiniens dans les prisons israéliennes, la majorité d’entre eux étant accusés d’avoir lancé des pierres.

Depuis 2002, l’armée israélienne a arrêté, interrogé et détenu quelque 7.000 enfants palestiniens ayant entre 12 et 17 ans, soit environ deux par jour, selon le rapport.

En avril, 236 enfants palestiniens, dont 44 ayant moins de 16 ans, se trouvaient dans des centres de détention militaires israéliens, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), qui utilise des statistiques de l’ONG israélienne B’tselem.

 Le Comité de l’ONU déplore pour sa part que les enfants palestiniens antant qu’israéliens restent des victimes du conflit, mais il relève que les enfants vivant dans les territoires palestiniens « sont représentés de façon disproportionnée parmi les victimes ».

Le Comité dénonce la discrimination dont souffrent les jeunes Palestiniens, mais aussi les jeunes Bédouins, Arabes et Ethiopiens vis-à-vis des Israéliens, et estime qu’Israël continue de « ne pas tenir compte des droits des enfants palestiniens ».

 Le Comité de l’ONU, chargé d’étudier le respect des droits des enfants dans les différents pays, déplore, par ailleurs, l’absence de coopération des autorités israéliennes en ce qui concernent les droits des enfants palestiniens.

pal_boy_search1

Source : Le Point

La Norvège reconnaît que son saumon peut être dangereux pour la santé

 BILLETS D’HUMEUR : Un monde enragé

En ce samedi 22 juin, quoi de neuf en ce monde ??? Femmes enceintes et jeunes, ne mangez pas de saumon plus de deux fois par semaine. Telle est la nouvelle recommandation du gouvernement norvégien, forcé de reconnaître – tardivement – que ce poisson gras est aussi bourré de produits toxiques.

Le gouvernement aimerait surtout que la nouvelle ne traverse pas la frontière. Pensez : la Norvège a été en 2012 à l’origine de 60% de la production mondiale de saumon atlantique, le pays a produit près d’1,2 million de tonne de ce poisson. Et les 29 milliards de dollars annuels générés par les exportations de ce secteur-clé de l’économie pourraient s’en trouver affectés.

En 2011, Rue89 vous avait alerté sur ce sujet, et trouvé étonnant que le ministère de la Santé recommande de manger du poisson gras deux à trois fois par semaine au nom de ses nombreuses vertus supposées pour la santé (ils sont bons pour le cœur, la circulation et la lutte contre certaines maladies inflammatoires, voire contre certains cancers).

Est-il bien raisonnable de manger autant de poissons nourris aux farines animales, aux antibiotiques et même aux pesticides ? La pharmacologueClaudette Béthune, qui a travaillé pour l’organisme norvégien de sécurité alimentaire (le Nifes), avait clairement tranché : « La présence de polluants tels que les dioxines et le PCB dans le saumon génère un risque de cancer, qui, pour les personnes jeunes, dépasse les bénéfices attendus du saumon sur la santé. »

Ce n’est qu’à la suite d’une grosse pression médiatique que les autorités sanitaires ont fini par reconnaître qu’elles avaient trop poussé à la consommation. L’alerte lancée par le journal VG est très claire : « Les médecins appellent à ne pas manger de saumon d’élevage. »

Le journal fait parler une équipe indépendante du laboratoire de biochimie de Bergen, qui estime que ce poisson est tout simplement dangereux pour les jeunes enfants, adolescents et femmes enceintes en raison des polluants organiques persistants qu’il contient. En vertu du principe de précaution, ces groupes de populations ne devraient pas en consommer.

Le Dr Anne-Lise Bjorke Monsen, membre de ce labo, précise : « Les polluants retrouvés dans le saumon d’élevage ont une mauvaise influence sur le développement du cerveau, et sont associé à l’autisme, à l’hyperactivité et à la baisse de QI. On sait aussi qu’ils peuvent avoir un effet négatif sur les défenses immunitaires, le système hormonal et le métabolisme. Ils se transmettent aussi par allaitement. Si l’on a besoin d’oméga-3 provenant du poisson, le maquereau et le hareng sont très bien. »

De surcroît, le toxicologue Jérôme Ruzzin avait établi un lien, chez les souris entre une nourriture exclusive au saumon d’élevage pendant huit semaines et le développement de l’obésité et du diabète de type 2.

saumon

Face à ces révélations en série, les autorités ont été obligées de revoir leur discours en urgence. Quatre jours après les articles de VG, largement relayés par le reste de la presse, le ministre de la Santé a ordonné que soient revus les conseils de santé concernant le saumon d’élevage.

Il était temps. La Russie avait stoppé toute importation de saumon norvégien en 2006 et des chercheurs américains avaient déjà prévenu qu’il ne fallait pas manger de saumon norvégien d’élevage plus de trois fois par an.

En Norvège, déplore le journal Dagbladet, le Comité scientifique pour la sécurité alimentaire avait recommandé en 2006 de ne pas dépasser plus de deux repas par semaine contenant du poisson gras. Mais l’agence norvégienne de la Santé n’avait jamais suivi ces recommandations.

Les Norvégiens auraient pu éviter d’être abreuvés pendant toutes ces années d’un message erroné diffusé à tous : « Il faut manger au moins deux repas par semaine contenant du poisson gras ».

Si ces nouvelles pouvaient ne pas traverser les frontières, cela ferait les affaires des autorités. L’organisme de promotion des produits de la mer de Norvège n’a toujours pas communiqué sur le changement de recommandation.

Dans un article intitulé « Vendeur de saumon norvégien comme si rien ne s’était passé », Dagbladet révèle que le Centre des produits de la mer de Norvège, et la ministre de la Pêche ne comptaient pas informer les consommateurs à l’étranger. « Ce sont les recommandations de chaque pays qui comptent », précise Christian Chramer, directeur de la communication de cet organisme.

Le site français des Produits de la mer de Norvège vient d’intégrer la nouvelle recommandation de consommation. Mais, jointe par Rue89, la directrice du Centre des produits de la mer de Norvège en France minimise totalement le changement de recommandation : « La recommandation précédente est in fine la même qu’aujourd’hui, la version actualisée est seulement plus précise sur les jeunes femmes et les femmes enceintes. La Direction norvégienne de la santé précise dans la même publication que le challenge le plus important reste le fait que la population, y compris les jeunes femmes et les femmes enceintes, ne consomme pas assez de poisson. Il est aussi clairement expliqué que pour les femmes enceintes, la vitamine D, la vitamine B12, les oméga-3, l’iode et le sélénium contenus dans les poissons gras sont particulièrement bénéfiques. »

L’industrie du saumon et les pouvoirs publics ont décidément du mal à se remettre en question et feront tout pour protéger leur business aussi longtemps que possible.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

Anarchie

Source : Rue 89

Le FMI réclame une baisse des salaires aux Espagnols

ACTUALITÉS : Un monde enragé

L’Espagne doit baisser les salaires et flexibiliser son marché du travail pour favoriser l’emploi. La principale conclusion du Fonds monétaire international (FMI), après sa mission à Madrid, Valence et Séville, est également la plus polémique, dans un pays ou le smic dépasse à peine les 750 euros mensuels. L’institution internationale appelle le gouvernement de Mariano Rajoy à préparer une deuxième réforme du marché du travail, après celle adoptée en février 2012, qui baissait déjà les coûts de l’embauche et du licenciement et avait suscité une grève générale.

«D’autres pays en crise ont opté pour un équilibre différent entre emploi et modération salariale. En Espagne, l’emploi s’est réduit, mais les salaires sont à peu près les mêmes qu’en 2007, a déclaré James Daniel, le chef de la mission du FMI en Espagne. Nous croyons qu’il peut y avoir plus d’ajustement sur les salaires et moins de destruction d’emplois.»

Dans ses conclusions écrites, le Fonds déplore le niveau «inacceptable» du chômage, qui dépasse 27% de la population active. «La croissance sera probablement positive au deuxième semestre 2013. Mais la question est de savoir si cette croissance sera suffisamment forte pour créer de l’emploi.»

Le FMI relève toutefois les efforts de Madrid pour lancer des réformes structurelles et réduire les déficits. Il encourage l’Espagne à poursuivre la politique d’austérité, mais à en réduire la cadence. «L’ajustement budgétaire effectué l’an dernier était nécessaire. L’Espagne avait un grand déficit et un problème de crédibilité. La confiance dont jouit le gouvernement aurait pu être remise en cause. Il faut continuer à un rythme graduel», a estimé Daniel. Une manière d’entériner le changement de cap de Madrid, qui avait déjà annoncé en avril dernier son intention d’allonger de deux ans sa cure de rigueur. Le gouvernement compte faire passer son déficit de 7% (10,6% si l’on inclut l’aide aux banques) fin 2012 à 6,3% fin 2013 – au lieu des 4,5% initialement promis à Bruxelles – pour retomber à 2,7% en 2016.

Le rapport est le fruit de deux visites en Espagne, la première en janvier et la seconde en juin. La délégation du FMI a rencontré des membres du gouvernement espagnol et de l’opposition, ainsi que des représentants des communautés autonomes et différents «acteurs économiques indépendants».

Demonstrators stage a protest against austerity, near the Spanish Parliament in Madrid

Source : Figaro

Brésil : face aux manifestations, Sao Paulo et Rio baissent le prix des transports

TOUS AUX BARRICADES ! : Un monde enragé

La contestation brésilienne se poursuit et aura eu raison des autorités. Depuis plusieurs jours, les Brésiliens sont dans la rue pour protester contre le coût des transports, de la vie et contre les sommes colossales dépensées par le pays pour organiser la Coupe du monde de football 2014.

Ce mercredi, Sao Paulo et Rio de Janeiro ont indiqué qu’ils baissaient les prix des transports en commun. « Nous allons suspendre l’augmentation et revenir au prix d’avant », des tickets du métro, du train et de l’autobus, a annoncé le gouverneur de l’Etat de Sao Paulo, Geraldo Alckmin. Simultanément à Rio, le maire Eduardo Paes a, lui aussi, annoncé la baisse du prix du ticket de bus.

Alors que le Brésil affrontait le Mexique lors d’un match de Coupe des Confédérations de football mercredi, des dizaines de milliers de manifestants ont bloqué les accès au stade. Ils étaient maintenus à trois kilomètres du stade, dont la rénovation pour la Coupe des Confédérations et du Mondial-2014 a coûté 180 millions d’euros.

Les manifestants ont jeté des pierres sur les policiers, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Il y a eu au moins trois blessés. A l’intérieur du stade, violant les consignes de la Fifa, certains spectateurs ont brandi des pancartes de soutien aux manifestants où l’on pouvait lire « Mon Brésil est dans les rues. Le géant s’est réveillé ».

D’autres manifestations avaient lieu mercredi à Belo Horizonte, Rio Branco en Amazonie, Brasilia et Niteroi, près de Rio de Janeiro.

RTX10U0J

Source : France Info