Du racisme d’État

COMMUNIQUÉ

Quelle que soit la couleur du gouvernement à ses commandes, l’État masque mal sa vraie nature autoritaire et fascisante. C’est ainsi qu’orné de roses fanées il s’emploie à mettre en œuvre les concepts d’une extrême droite décomplexée. Nous n’avons jamais été dupes, la démocratie qui s’accorde de représentants n’est qu’une forme subtile d’autocratie. Rarement cette lucidité n’a autant été mise en relief… par l’État lui-même !
Les mesures d’état d’urgence, à elles seules et par l’approbation quasi-générale qu’elles obtiennent au sein de la classe politique ‘de gouvernement’ toutes tendances confondues, expriment sans détour la violence que sont capables de déployer nos soi-disant représentants pour imposer leurs pouvoirs. Si on ajoute à cela les mesures de déchéances nationales, le racisme d’État ne devrait plus faire de doute pour quiconque contemple la scène avec un peu de recul.
Directement issue des carnets de notes nauséabonds de Le Pen, cette escroquerie n’a, bien entendu, pour utilité que de renforcer des ressentis haineux qui forgent les sentiments d’appartenance nationale. L’évidence est impérative : à travers ce concept merdeux, le doigt inquisiteur de la « France blanche et catholique » est directement pointé vers « l’envahisseur arabe« , terrible fantasme éculé et gerbant.
Nous voulons sans équivoque adresser toute notre solidarité à toutes celles et tous ceux qui pour des raisons d’origine, d’apparence, de choix politiques, de luttes en cours, de classe et de toute autre raison de déranger l’ordre mesquin, raciste et droitier de l’État, se sentent persécuté-e-s, avili-e-s, déconsidéré-e-s, insulté-e-s, violenté-e-s ou méprisé-e-s.

 

Poutine accuse les États-Unis d’avoir « coincé » Snowden en Russie

ACTUALITÉS : Big Brother

Nouvel épisode dans le feuilleton Edward Snowden. L’ex-consultant de la NSA, qui a demandé vendredi dernier l’asile politique à la Russie, aurait été « de facto coincé » dans le pays selon le président russe Vladimir Poutine. Celui-ci ajoute que Snowden pourrait quitter la Russie « dès qu’il aura la possibilité d’aller ailleurs ».

L’attaque de Vladimir Poutine, cité par les agences de presse russes, est frontale : « Il (Edward Snowden) est arrivé sur notre territoire sans invitation, en transit vers d’autres pays […] Nos collègues américains l’ont de facto coincé » en Russie.

La semaine dernière, le Kremlin avait accueilli plutôt favorablement la demande d’asile politique de l’ancien consultant informatique de la NSA, y mettant plusieurs conditions. Et notamment celle de « cesser ses attaques contre l’allié américain ». Edward Snowden est devenu en quelque sorte l’ennemi numéro un de l’administration américaine, depuis qu’il a révélé l’existence du programme Prism, une surveillance des internautes du monde entier organisée par l’agence de renseignements américaine.

Sans entrer dans les détails, Vladimir Poutine a estimé ce lundi que les États-Unis avaient « intimidé tous les pays » prêts à l’accueillir. Edward Snowden aurait, selon Wikileaks, formulé des demandes d’asile dans 21 pays, et essuyé beaucoup de refus. Le président russe ajoute : « Dès qu’il aura la possibilité d’aller ailleurs, il le fera sans aucun doute ». Poutine donnant des leçons de moral c’est quand même l’hôpital qui se moque de la charité….

pou

Source : France Info

 

Edward Snowden demande l’asile politique à la Russie

ACTUALITÉS : Big Brother

Faute de pouvoir se rendre dans un des pays d’Amérique latine qui s’est dit prêt à l’accueillir, l’informaticien américain va demander l’asile politique là où il se trouve, à Moscou. La réponse du Kremlin ne s’est pas fait attendre : Snowden peut rester en Russie s’il cesse ses activités contre les Etats-Unis.

La Russie, donc. Plus simple que le Venezuela. Edward Snowden va demander l’asile politique  à la Russie, sur le sol de laquelle il se trouve depuis le 23 juin dernier, bloqué en zone de transit de l’aéroport de Moscou. C’est du moins ce qu’affirment les défenseurs des droits de l’Homme qui l’ont rencontré ce jour – l’informaticien américain, lui, a publié via WikiLeaks un communiqué pour annoncer cette demande d’asile, provisoire, avant de pouvoir rallier le Venezuela ; pour dire aussi qu’il n’avait aucun regret.

Le Kremlin a très vite réagi, plutôt favorablement. Mais en posant ses conditions : « Snowden pourrait théoriquement rester en Russie si, premièrement, il renonce totalement à ses activités qui font du tort à nos partenaires américains, et, deuxièmement, si lui-même le souhaite », selon les propos du porte-parole du président, Dmitri Peskov.

Le président de la Douma, Sergueï Narychkine, s’est lui aussi montré favorable : « la Russie doit accorder à Snowden l’asile politique ». Pourquoi ? « Les Etats-Unis, qui réclament l’extradition de Snowden, appliquent toujours la peine de mort et je pense qu’il y a un gros risque que Snowden soit condamné à cette peine. Nous n’avons pas le droit de laisser faire cela ».

Voilà qui s’annonce plutôt bien : selon un des participants à la rencontre, Snowden a promis de ne plus « nuire aux Etats-Unis ». Dommage….

6096864-edward-snowden-demande-l-asile-politique-en-russie

Source : France Info

Marseille : des caméras chargées de surveiller les Roms et les gens du voyage

BILLETS D’HUMEUR : Big Brother, Chez les bas du front, Tant qu’il y aura des frontières…

En ce vendredi 12 juillet quoi de neuf en ce monde ??? Et si la mairie de Marseille voulait devancer Christian Estrosi ? Cinq sites de vidéo-surveillance prévus par la mairie de Marseille ont pour objectif de surveiller les Roms et gens du voyage, révèle le site marseillais marsactu. Une idée semblable à celle de Christian Estrosi qui avait promis à des gens du voyage, le 30 juin dernier, de leur « pourrir la vie jour et nuit avec électricité et eau coupés » et de les surveiller « par caméras mobiles ».

Chacune des 407 caméras que la mairie va installer dans tout Marseille dispose d’une fiche précisant quelques « objectifs du site ». « Ce document qui figure dans les annexes de l’appel d’offres clôturé le 28 juin – c’est-à-dire le dossier technique communiqué aux entreprises candidates – réserve toutefois une surprise : parmi les objectifs assignés aux caméras figurent à cinq reprises les mentions « Roms » et « gens du voyage », écrit marsactu.

Contactée par metronews, l’adjointe UMP de la mairie de Marseille, Caroline Pozmentier, déléguée à la sécurité estime ces indications ethniques « fâcheuses et regrettables », mais tente de relativiser cette « erreur ». « ll faut relativiser les faits et ne pas se laisser prendre par les intentions nauséabondes* du site marsactu.Sur 700 fiches techniques, qui représentent un travail très lourd pour les techniciens, seulement cinq mentionnent les Roms ou gens du voyage. « Je considère que le dossier est clos », déclare l’adjointe du maire. « On ne souhaite stigmatiser personne, mais nous ne voulons pas non plus se cacher derrière notre petit doigt et on ne peut pas nier que certains campements troublent l’ordre public », ajoute-t-elle.

Capture d'écran des documents révélés par le site marsactu

Capture d’écran des documents révélés par le site marsactu

Ces objectifs ethniques sont pourtant illégaux, la loi informatique et liberté interdisant de recueillir et traiter ce genre de données qui « vise un type de population ». Contactée par le site d’information, la commission nationale informatique et libertés (Cnil) met d’ailleurs en garde contre « une stigmatisation ciblant des catégories, notamment raciales ou ethniques ». Les responsables de ces objectifs ethniques seront-ils sanctionnés ? « Nous ferons le nécessaire et s’il faut s’expliquer devant la Cnil, nous nous expliquerons », assure la mairie de Marseille à metronews.

Pas sûr que la ville puisse éteindre cette polémique qui en indigne plus d’un. A l’instar de Jean-Paul Kopp, président de Rencontres Tsiganes qui s’interroge : « Et s’il y avait marqué juifs, noirs, Comoriens ou gays ? On n’a plus l’impression que la loi protège contre le racisme ».

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

roms

 

Source : Metro News

Affaire Snowden : la FIDH porte plainte en France

ACTUALITÉS : Big Brother

La fédération internationale des ligues des droits de l’homme(FIDH) fait entendre sa voix dans le dossier Snowden. Accompagnée par la Ligue française des droits de l’homme (LDH), elle va porter plainte contre X à Paris car elle estime qu’il y a eu atteinte aux libertés individuelles.

Pour la FIDH et la LDH, il y a cinq chefs d’infractions :

  • accès et maintien frauduleux dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données
  • collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite
  • atteinte volontaire à l’intimité de la vie privée
  • utilisation et conservation d’enregistrements et de documents obtenus par le moyen d’une atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui
  • atteinte au secret des correspondances électroniques

Dans cette plainte que France Info a pu consulter, l’ONG vise en fait plusieurs personnes: les deux agences de renseignement américaines, la NSA et le FBI, mais aussi neuf sociétés américaines : Microsoft, Yahoo, Google, Paltak, Facebook, YouTube, AOL, Apple et Skype.

Prism a collecté, via leurs serveurs des milliards de communications privées, dont deux millions en France. Pour Emmanuel Daoud, l’un des avocats de la FIDH, il y a, dans cette affaire, « une collecte massive de données personnelles sans aucune autorisation, à l’insu » des Français, « et de façon totalement frauduleuse ».

Pour la FIDH, les Etats-Unis se sont affranchis des règles de la territorialité pour créer un système de contrôle mondial, « hors de toutes garanties légales » et à leur seul profit. C’est maintenant au parquet de Paris de décider d’ouvrir une enquête préliminaire ou de classer cette plainte sans suite.

Le mois dernier, Edouard Snowden, ancien agent américain de la CIA et de la NSA a révélé l’existence du programme de surveillance Prism. Une surveillance électronique de masse pratiquée par la NSA et le FBI.

bigbrotherbwtv

Source : France Info

Edward Snowden a accepté la proposition d’asile du Venezuela

ACTUALITÉS : Big Brother

Edward Snowden, l’ancien consultant de la NSA à l’origine des révélation sur l’ampleur des programmes de surveillance américains, aurait accepté la proposition d’asile du Venezuela, selon un parlementaire russe.

L’ex-consultant du renseignement américain, Edward Snowden, confiné dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo depuis 17 jours, aurait ainsi accepté l’offre d’asile politique du président Nicolas Maduro, a indiqué un responsable du Parlement russe.

«Comme on pouvait s’y attendre, Snowden a donné son accord à la proposition d’asile politique de Maduro», a déclaré le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre basse (Douma), Alexeï Pouchkov, sur son compte Twitter.

article_leaks

Source : 20 minutes

Plus de coupure d’internet en cas de téléchargement illégal

ACTUALITÉS : Big Brother

C’est désormais publié au journal officiel. Les personnes qui téléchargent illégalement ne seront plus sanctionnées par la coupure d’internet. Il s’agit de mettre en application les préconisations de Pierre Lescure qui avait été chargé de revoir la loi Hadopi par la ministre de la Culture.

Dans le rapport de Pierre Lescure, il était également proposé la suppression de l’Hadopi et l’intégration de ses missions au sein du CSA.

La ministre souhaite qu’un texte législatif sur ce sujet soit étudié cet été et examiné fin 2013 ou début 2014.

tou

Source : France Info

Les présidents du Nicaragua et du Vénézuela offrent « l’asile humanitaire » à Edward Snowden

ACTUALITÉS : Big Brother

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, et le président du Nicaragua, Daniel Ortega, ont chacun assuré hier vendredi qu’ils étaient prêts à accorder l’asile à Edward Snowden, alors que l’ex-consultant de l’Agence de la sécurité américaine est bloqué depuis 13 jours dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo. L’homme le plus recherché par les Etats-Unis a sollicité six nouveaux pays.

Nicolas Maduro a donc expliqué qu’il accordait « l’asile humanitaire au jeune Snowden pour le protéger de la persécution de l’empire le plus puissant du monde, qui s’est déchaînée sur lui ».

« Nous, nous sommes ouverts et respectueux du droit d’asile et il est clair que si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec grand plaisir et lui donnerons l’asile ici au Nicaragua », a expliqué Daniel Ortega, qui a assuré avoir reçu une demande de Snowden à l’ambassade du Nicaragua à Moscou.

Au même moment, WikiLeaks assure qu’Edward Snowden, qui avait précédemment adressé des demandes à 21 Etats, « a demandé l’asile auprès de six autres pays ».

L’informaticien, à l’origine de révélations fracassantes sur un programme américain secret de surveillance des communications mondiales, a été au centre d’un imbroglio diplomatique en début de semaine notamment entre la France et la Bolivie.

big

Source : France Info

La France rejette la demande d’asile d’Edward Snowden

ACTUALITÉS : Big Brother

La France a rejeté jeudi la demande d’asile d’Edward Snowden, l’ex-agent de la NSA recherché par les Etats-Unis pour avoir dévoilé des informations sur le système de surveillance Prism. « Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite », a indiqué le ministère de l’Intérieur.

Edward Snowden ne sera donc pas accueilli en France. L’ex-agent des renseignements américains, recherché par les Etats-Unis et toujours coincé en transit dans l’aéroport de Moscou, avait déposé une demande d’asile. Dès jeudi matin, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, s’était dit opposé à un tel accueil, soulignant les liens forts de la France avec les Etats-Unis.

« La France a reçu, comme beaucoup d’autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d’asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite », indique dans un communiqué laconique le ministère de l’Intérieur.

Edward Snowden a déjà essuyé de nombreux refus d’asile politique, parmi les 21 demandes qu’il avait effectuées. Jeudi l’Italie a également annoncé son refus de l’accueillir. L’homme de 30 ans est activement recherché par les Etats-Unis depuis qu’il a divulgué des informations sur le programme de surveillance baptisé Prism. Mercredi, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, avait appelé l’Europe à l’accueillir, en l’honneur de « ses principes » et « d’une partie de la raison d’être de l’UE ».

big

Source : France Info

La DGSE espionne toutes les communications en France

BILLETS D’HUMEUR : Big Brother

En ce vendredi 5 juillet, quoi de neuf en ce monde ??? Le Monde vient de decouvrir le roue …. »Big Brother is watching » même en France. Dans son édition de jeudi, Le Monde affirme que la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a une oreille sur toutes les communications française. « La totalité de nos communications sont espionnées. L’ensemble des mails, des SMS, des relevés d’appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter, sont ensuite stockés pendant des années », écrit le journaliste Jacques Follorou. Ces allégations interviennent alors que l’Europe soupçonne les Etats-Unis d’espionner des institutions et citoyens européens.

Sur France Info, l’auteur de cette enquête explique : « Ces milliards de données sont stockées dans un ordinateur très très puissant dans les sous-sols de la DGSE ». Selon Jacques Follorou, « ces données sont consultées, a posteriori, par l’ensemble des agences qui composent la communauté du renseignement (DCRI, douanes) ». Le journaliste affirme que jusqu’à présent, on ne connaissait pas l’existence de ce « lien direct ».

dgse

L’entourage du Premier ministre affirme que les déclarations du Monde sont « inexactes », en meme temps on se doute bien qu’ils vont pas avouer, expliquant que « plusieurs services font des interceptions de sécurité, DGSE, DCRI et douanes. L’ensemble de ces interceptions sont régies par la loi de 1991. C’est une décision du Premier ministre (de procéder à des interceptions) après avis de la CNCIS qui a ensuite le pouvoir de contrôler et de vérifier les interceptions ».

En France, selon le Centre français de recherche sur le renseignement, il y a une dizaine de centres d’écoutes. Environ 2.500 personnes, soit 40% des effectifs de la DGSE, y travaillent.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

bigbrotherbwtv

Base : France Info

Edward Snowden demande l’asile dans une vingtaine de pays, dont la France

ACTUALITÉS : Big Brother

Analyste cherche terre d’accueil. Dans la nuit de lundi à mardi, l’organisation WikiLeaks a annoncé qu’Edward Snowden avait déposé des demandes d’asile dans une vingtaine de pays, dont la France. Il avait déjà effectué des requêtes similaires auprès de l’Equateur, de l’Islande et de la Russie.

Toujours coincé dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo, où il est bloqué depuis le 23 juin, Snowden a utilisé les services de la conseillère légale de WikiLeaks, Sarah Harrison, qui a remis ses requêtes à un officiel russe. Les demandes «ont commencé d’être acheminées par le consulat russe dans les ambassades des pays concernés», écrit WikiLeaks.

La liste des pays où celui qui a révélé l’ampleur du programme de surveillance et d’espionnage de la NSA souhaite se rendre: Autriche, Bolivie, Brésil, Chine, Cuba, Finlande, France, Allemagne, Inde, Italie, Irlande, Pays-Bas, Nicaragua, Norvège, Pologne, Russie, Espagne, Suisse, Venezuela.

Dans une déclaration officielle publiée par WikiLeaks, Edward Snowden s’en est pris au président américain. Il l’accuse de «faire pression» sur les dirigeants internationaux pour obtenir son extradition. «Leur but est de faire peur, non à moi, mais à ceux qui voudraient me suivre», estime Snowden. «Bien que je n’aie pas été condamné, ils ont révoqué unilatéralement mon passeport, faisant de moi un apatride».

Si l’exil en Equateur avait un temps semblé être sa meilleure option, ce n’est plus le cas. Lundi, le président Rafael Correa a déclaré que l’informaticien était désormais le problème de Moscou. Selon lui, Snowden devra parvenir en personne à l’ambassade équatorienne s’il souhaite que sa demande d’asile soit examinée. De son côté Vladimir Poutine a ouvert la porte un peu plus tard, expliquant que Snowden serait le bienvenu en Russie à condition qu’il cesse de faire fuiter des rapports secrets américains.

edward-snowden-is-in-the-process-of-destroying-any-support-and-sympathy-he-has-built-up

Source : 20 minutes

Facebook bloque la page des Femen

ACTUALITÉS : Big Brother

Facebook a temporairement bloqué, samedi 29 juin, la page française des Femen, puis une autre page du groupe de militantes féministes le lendemain. Motif invoqué par le réseau social : les féministes, qui manifestent seins nus, sont accusées de se « livrer à la pornographie et de promouvoir la prostitution », écrit Inna Chevtchenko, à la tête du mouvement, dans une tribune publiée sur leHuffington Post.

Une incrimination « grotesque », selon l’activiste ukrainienne, qui y voit la »continuation logique de la guerre (…) que livrent sur Internet différents groupes réacs » contre les Femen. En ligne de mire, Inna Chevtchenko accuse « les nazis d’Europe », « les dictatures post-soviétiques », sans oublier les « fondamentalistes islamiques ».

De son côté, Facebook s’en tient à sa politique de modération, très stricte (sauf pour les fachos et leurs croix gammées et celtique) lorsqu’il s’agit de la nudité. « Nous avons des critères d’utilisation à respecter. L’un d’entre eux concerne la nudité », martèle-t-on, imperturbable, au service de communication du réseau social. La page française a été réactivée dimanche.

Pourtant, sur le réseau social, les clichés des poitrines publiés par les Femen ont toujours été partiellement masqués et floutés – une précaution qui n’avait visiblement pas été suffisante.

femen

Source : Le Monde

Prism : les renseignements américains espionnaient (aussi) l’Union européenne

ACTUALITÉS : Big Brother

C’est un document confidentiel que s’est procuré le magazine allemand Der Spiegel qui révèle l’information : la NSA, l’agence de sécurité nationale américaine, aurait placé sur écoute les bureaux de l’Union européenne à Washington et aux Nations Unies, et même à Bruxelles. Tout cela dans le cadre de son désormais fameux programme de surveillance Prism.

Cette fois, la barre est mise un cran plus haut. Les États-Unis sont déjà, depuis plusieurs semaines, sous le feu des critiques depuis qu’Edward Snowden, ancien informateur de la NSA, a révélé l’existence de Prism, un programme de surveillance des communications de particuliers à grande échelle.

Mais cette fois, l’agence de sécurité nationale, est accusée d’avoir espionné un organisme international, en l’occurence l’Union européenne. Selon le magazine allemand Der Spiegel, qui s’est procuré un document confidentiel récupéré par Snowden, des micros auraient été placés dans les bureaux de l’UE à Washington et au siège de l’ONU, à New York. Toujours selon le magazine, la NSA surveillait également les communications des diplomates au sein du Conseil européen à Bruxelles. Pourtant, ces derniers disposent de systèmes hautement sécurisés pour passer leurs appels.

Cette nouvelle affaire a de quoi susciter la colère des gouvernements des pays membres de l’UE. Pour les États-Unis, c’est un voile supplémentaire qui se lève sur des pratiques peu avouables. Cité par Der Spiegel, le président du Parlement européen Martin Schulz fulmine : « Si cela se confirme, il s’agit d’un immense scandale ». Le député européen écologiste Daniel Cohn-Bendit appelle en représailles à cesser les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique.

Et pendant ce temps, Edward Snowden, recherché par Washington, se trouve toujours entre Moscou et l’Équateur, attendant une réponse du pays sud-américain à sa demande d’asile politique.

bigbrotherbwtv

Source : France Info

WikiLeaks: Un protégé de Julian Assange était une taupe du FBI

ACTUALITÉS : Big Brother

Et tu, Siggi? Selon les révélations du magazine Wired, Julian Assange a été trahi par un jeune Islandais qu’il avait pris sous son aile au sein de WikiLeaks. Pendant trois mois en 2011, Sigurdur Thordarson a joué les agents doubles, fournissant huit disques durs au FBI contenant des communications (chats, photos et vidéos) de Julian Assange.

Thordarson, qui avait 18 ans à l’époque, disposait d’un accès privilégié au cofondateur de WikiLeaks. Il était l’un des rares volontaires de l’organisation présents dans la maison anglaise où Julian Assange se trouvait en attendant la décision sur son extradition vers la Suède. Thordarson gérait notamment la chatroom de l’organisation et était le premier point de contact pour les nouvelles recrues.

C’est lui qui a contacté directement le FBI, pour une raison pas vraiment claire. Il évoque notamment des liens «illégaux» de WikiLeaks avec les hackers d’Anonymous et de LulzSec. Sauf que c’est lui –et pas Assange– qui les avait contactés pour pirater les serveurs du gouvernement islandais. A l’époque, le leader d’Anonymous, Hector Xavier Monsegur, connu sous son pseudo «Sabu», travaillait déjà pour le FBI après s’être fait pincé et avait prévenu Reykjavik.

Deux mois plus tard, Thordarson venait frapper à la porte des autorités américaines. Il explique à Wired qu’il voulait vivre «une aventure». En tant qu’informateur du FBI, il a reçu environ 5.000 dollars et s’est rendu à deux reprises à Washington. WikiLeaks a fini par le renvoyer en novembre 2011 car il avait détourné 50.000 dollars en créant un site vendant des t-shirts à l’effigie de l’organisation.

article_assange

Source : 20 Minutes

Les dessous géopolitiques de l’affaire Snowden

BILLETS D’HUMEUR : Big Brother

En ce Mardi 25 juin, quoi de neuf en ce monde ??? Alors qu’Edward Snowden, recherché par les Etats-Unis pour avoir divulgué des informations explosives sur les opérations américaines de surveillance électronique, se trouve quelque part entre la Russie et l’Equateur, sa fuite suscite quelques tensions. Les Etats-Unis menacent la Russie et la Chine. Pékin cherche également à trouver sa place dans le Pacifique et à se positionner face à Washington. Barack Obama a annoncé lundi soir que les Etats-Unis utilisaient « toutes les voies légales » pour arrêter Snowden.

La cavale d’Edward Snowden continue. L’Equateur analyse en ce moment la demande d’asile de l’ex-consultant de la CIA accusé d’espionnage. La Russie étudie quant à elle la demande d’extradition de Snowden présentée par Washington. Et l’Américain reste invisible depuis son arrivée à Moscou dimanche. Il doit repartir pour l’Equateur, via Cuba.

Cette affaire suscite des tensions entre les Etats depuis quelques jours. Ce lundi, la Maison blanche a menacé la Chine et la Russie de représailles. Car le cas Snowden va bien au-delà de la simple affaire de fuites. Les enjeux sont notamment géopolitiques.

Ce lundi, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a menacé la Chine et la Russie. Cette affaire pourrait avoir des conséquences sur leurs relations. Ce serait pour lui, « profondément troublant », que les demandes d’extraditions faites auprès de Pékin et de Moscou aient été ignorées.

snowden-poster-630x420

John Kerry a estimé qu’il serait « très décevant »  d’apprendre qu’Edward Snowden ait été « délibérément autorisé à embarquer à bord d’un avion ». Si c’est le cas, « il y aurait de ce fait et sans aucun doute un effet et un impact sur les relations ainsi que des conséquences », a déclaré le chef de la diplomatie américaine, sans donner plus de précisions. Le Kremlin a réaffirmé ce lundi matin qu’il n’avait « aucune information sur Snowden ».

Lors d’une conférence de presse lundi soir, le président Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis suivaient « toutes les voies légales » et travaillaient « avec plusieurs autres pays pour être sûrs » que la loi était observée.

Pour Olivier Zajeck, chargé de recherches à l’Institut de stratégie des conflits, « on est sur des enjeux purement géopolitiques », à savoir « la place, dans le Pacifique, demain de la Chine et la manière dont Pékin et Washington trouveront un équilibre dans cette zone qui est la zone la plus importante du monde ».

Le spécialiste estime qu’il y a, derrière cette affaire, « des enjeux stratégiques », comme la cyber-défense. Ce domaine intéresse particulièrement les Etats-Unis, la Chine et la Russie, et « jusqu’ici », explique Olivier Zajeck, « ce sont les Etats-Unis qui définissent les standards, les normes et les codes de conduite ». L’affaire Snowden montre « la pression que font peser les nouvelles puissances ». Des puissances qui « vont demander leur part d’influence pour agir ces normes », selon l’expert.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

bigbrotherbwtv

Source : France Info