Anvers (Belgique) : La police a couvert une agression antisémite

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Curieuse histoire que celle relayée sur Internet par le journaliste/blogueur Marcel Sel (et avant lui par « Le Peuple », journal en ligne de Modrikamen qui est l’avocat des deux victimes). Selon lui, et l’affaire est étayée par une dépêche de l’époque de l’agence Belga, le 24 mai dernier, une femme ayant épousé une ancienne tenniswoman israélienne aurait été violemment agressée à son domicile d’Aartselaar (Anvers) par d’autres occupants de l’immeuble.

Le prétexte de l’agression : l’installation du couple dans cet immeuble un mois auparavant et le placement d’une mezouzah (objet de culte juif) sur la porte de l’appartement.

 Après un mois passé dans cet immeuble à vivre constamment sous les cris agressifs et injurieux de quelques habitants manifestement antisémites et homophobes, Cindy Meul, puisque c’est son nom, aurait été agressée chez elle.

Ses deux agresseurs lui auraient même précisé « être venus finir le travail commencé par les nazis ».

Rouée de coups, elle s’en sort après 15 jours d’hospitalisation, des coupures et des côtes cassées, mais surtout avec un choc psychologique qu’il ne sera pas facile de surmonter.

Alertée par les faits, son épouse qui s’était absentée au moment de l’agression, revient en vitesse sur les lieux.

Ruth Sverdloff constate que si l’ambulance est déjà là, une inspectrice de la police locale est en train de plaisanter avec les deux agresseurs de sa compagne (un homme et une femme).

Pour résumer la suite de cette sale histoire, la victime aurait été accusée d’être ivre, d’être l’auteur de l’agression, etc…. Il aura fallu une série de péripéties avant que les deux femmes puissent déposer plainte.

Au final, peu de trace de cette information dans les médias et un simple démenti à l’époque des faits du chef de la zone de police visée.

L’affaire, depuis hier, rebondit quelque peu sur les réseaux sociaux et nous avons décidé de nous renseigner.

Le blogueur Marcel Sel n’a pas encore pu nous répondre sur l’enquête qu’il a menée mais nous en sommes convaincus, ce n’est que partie remise.

Par contre du côté de la ministre de l’intérieur, la CDH Joëlle Milquet, on est manifestement au courant puisqu’elle a utilisé son droit d’injonction qui lui permet de demander à l’inspection générale des services d’ouvrir une enquête.

Si tout cela est vrai, alors nous sommes face à quelque chose d’ignoble, d’immonde et de puant, qui rappelle inévitablement des temps beaucoup plus troublés.

racisme (1)

Source : S.O