Marseille : des ripoux présumés de la Bac Nord sur le gril

ACTUALITÉS : Police Partout

Huit policiers de l’ancienne Brigade anticriminalité (BAC) Nord de Marseille sont convoqués devant le conseil de discipline. Ils risquent jusqu’à la révocation pour avoir racketté des dealers des cités marseillaises.

A l’issue de trois jours de débats contradictoires, de mercredi à vendredi, le conseil de discipline proposera une sanction allant de l’exclusion temporaire avec sursis jusqu’à la révocation définitive de la police nationale. Cette proposition sera examinée par la « DRH » de la police, les mis en cause pouvant ensuite exercer un recours contre la décision qui sera prise à leur encontre, et qui découlera sans doute d’un choix politique de Manuel Valls.

Jugés par leurs pairs, huit gardiens et gradés de la Bac Nord de Marseille, placés sous contrôle judiciaire après leur mise en examen en octobre dernier. Leur unité avait ensuite été dissoute par le ministre de l’Intérieur, qui avait nommé à Marseille un préfet de police pour remettre de l’ordre dans ces services.

À la suite d’une dénonciation interne, une information judiciaire est ouverte en février 2012 pour « vol et extorsion en bande organisée » et « infraction à la législation sur les stupéfiants » à l’encontre des policiers de cette unité, dont les voitures de service sont « sonorisées » par l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN). Cette instruction judiciaire est toujours en cours : le conseil de discipline n’est que le volet administratif de l’affaire.

En octobre 2012, une perquisition est menée dans les locaux de la Bac Nord. Du cannabis et l’argent liquide, dissimulés dans les vestiaires et les faux plafonds, sont saisis. Seize policiers sont mis en examen, sept d’entre eux écroués. Quatorze autres sont suspendus.

À l’époque, le procureur des Bouches-du-Rhône évoque « une gangrène » : tous sont soupçonnés de s’être fait remettre de la drogue ou de l’argent par des petits trafiquants ou des vendeurs de cigarettes à la sauvette.

Les sept policiers qui avaient été incarcérés ont été libérés depuis et seront convoqués en septembre devant le conseil de discipline. Les quatorze suspendus se verront eux infliger des avertissements ou des blâmes.

police-partout-justice-nulle-part

Source : France Info