Gaz de schiste : Des nappes phréatiques polluées en Pennsylvanie

BILLETS D’HUMEUR : Ecologie

En ce jeudi 4 juillet, quoi de neuf en ce monde ??? Le biologiste Robert Jackson, professeur à la Duke University à Durham (Etats-Unis), a mené une étude liée au gaz de schiste en Pennsylvanie. Ses observations révèlent de fortes teneurs en méthane, éthane et propane dans l’eau des nappes phréatiquesprélevée à proximité des gisements de gaz de schiste. Pire, cette pollution concerne aussi les zones situées jusqu’à un kilomètreautour des points de forage.

L’équipe de M. Jackson a analysé l’eau souterraine de 141 points de prélèvement, dont des puits privés du nord-est de la Pennsylvanie. 80% des échantillons contiennent de fortes doses de méthane. A moins d’un kilomètre des gisements, les niveaux enregistrés sont six fois plus élevés que la normale ! Certains affichent une teneur en méthane qui excède 10 milligrammes par litre (mg/l), seuil de préoccupation pour les autorités sanitaires américaines. L’eau la plus polluée a une teneur en méthane de près de 70 mg/l. D’autres gaz ont aussi été décelés en grande quantité : le propane et l’éthane dont les concentrations sont 23 fois plus élevées

bd_en_france_on_na_pas_de_petrole_mais_des_idees_pour_polluer_-_gaz_de_schisteBien sûr, les scientifiques ont tenté d’expliquer les raisons de cette forte présence de méthane. Topographie ? Composition du sous-sol ? Non, le seul facteur serait la proximité du forage de gaz de schiste.

Les opposants au gaz de schiste (ont nous sommes) arguent que la technique de facturation risque de créer de longues fissures dans le sous-sol. Cela pourrait amener les réserves de gaz à communiquer avec les nappes phréatiques.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

gaz e schiste

Source : Quelle Energie