Marseille : des caméras chargées de surveiller les Roms et les gens du voyage

BILLETS D’HUMEUR : Big Brother, Chez les bas du front, Tant qu’il y aura des frontières…

En ce vendredi 12 juillet quoi de neuf en ce monde ??? Et si la mairie de Marseille voulait devancer Christian Estrosi ? Cinq sites de vidéo-surveillance prévus par la mairie de Marseille ont pour objectif de surveiller les Roms et gens du voyage, révèle le site marseillais marsactu. Une idée semblable à celle de Christian Estrosi qui avait promis à des gens du voyage, le 30 juin dernier, de leur « pourrir la vie jour et nuit avec électricité et eau coupés » et de les surveiller « par caméras mobiles ».

Chacune des 407 caméras que la mairie va installer dans tout Marseille dispose d’une fiche précisant quelques « objectifs du site ». « Ce document qui figure dans les annexes de l’appel d’offres clôturé le 28 juin – c’est-à-dire le dossier technique communiqué aux entreprises candidates – réserve toutefois une surprise : parmi les objectifs assignés aux caméras figurent à cinq reprises les mentions « Roms » et « gens du voyage », écrit marsactu.

Contactée par metronews, l’adjointe UMP de la mairie de Marseille, Caroline Pozmentier, déléguée à la sécurité estime ces indications ethniques « fâcheuses et regrettables », mais tente de relativiser cette « erreur ». « ll faut relativiser les faits et ne pas se laisser prendre par les intentions nauséabondes* du site marsactu.Sur 700 fiches techniques, qui représentent un travail très lourd pour les techniciens, seulement cinq mentionnent les Roms ou gens du voyage. « Je considère que le dossier est clos », déclare l’adjointe du maire. « On ne souhaite stigmatiser personne, mais nous ne voulons pas non plus se cacher derrière notre petit doigt et on ne peut pas nier que certains campements troublent l’ordre public », ajoute-t-elle.

Capture d'écran des documents révélés par le site marsactu

Capture d’écran des documents révélés par le site marsactu

Ces objectifs ethniques sont pourtant illégaux, la loi informatique et liberté interdisant de recueillir et traiter ce genre de données qui « vise un type de population ». Contactée par le site d’information, la commission nationale informatique et libertés (Cnil) met d’ailleurs en garde contre « une stigmatisation ciblant des catégories, notamment raciales ou ethniques ». Les responsables de ces objectifs ethniques seront-ils sanctionnés ? « Nous ferons le nécessaire et s’il faut s’expliquer devant la Cnil, nous nous expliquerons », assure la mairie de Marseille à metronews.

Pas sûr que la ville puisse éteindre cette polémique qui en indigne plus d’un. A l’instar de Jean-Paul Kopp, président de Rencontres Tsiganes qui s’interroge : « Et s’il y avait marqué juifs, noirs, Comoriens ou gays ? On n’a plus l’impression que la loi protège contre le racisme ».

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

roms

 

Source : Metro News