Gréve Générale au Brésil

ACTUALITÉS : Un monde enragé

L’appel à la grève générale des syndicats a été entendu un peu partout au Brésil, ce jeudi après-midi. La mobilisation varie énormément d’une ville à l’autre, mais 18 Etats et plus de 80 autoroutes ont été paralysés. Le rassemblement recense toutefois, pour l’instant, moins de monde que les manifestations de juin.

Ce jeudi au Brésil, près de 18 Etats se sont réveillés avec leurs transports paralysés et leurs rues pleines de manifestants. La « Journée nationale de la lutte », organisée par les syndicats, a réussi son pari.

Les cinq grands syndicats ont manifesté côte à côte et ont réclamé la réduction de la semaine à 40h, contre 44h actuellement. Ils ont également repris certaines revendications des manifestations de juin, qui se voulaient « apolitiques ».

Les manifestations sont encore en cours, mais un premier bilan peut être dressé. Si le nombre de manifestants est moins important qu’au mois de juin, la mobilisation touche l’ensemble du pays et les moyens d’actions mis en oeuvre sont originaux.

Sao Paulo, Rio de Janeiro, Manaus, Brasilia… Toutes les grandes villes ont été touchées. Les préfectures ont essayé de limiter les dégâts : à Sao Paulo, où les embouteillages sont un véritable fléau, les syndicats avaient promis de ne pas bloquer aux heures de pointe.

A Rio, une centaine de manifestants masqués se sont heurtés à la police. Ils ont lancé des cocktails molotov et feux de bengale sur les policiers qui les ont repoussés par des tirs de gaz lacrymogènes.

Le mouvement des Paysans Sans Terre occupe un bâtiment administratif, à Brasilia

Le mouvement des Paysans Sans Terre occupe un bâtiment administratif, à Brasilia

Source : France Info