#UnBonJuif : Twitter va livrer des données à la justice

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Assigné en justice par l’UEJF (Union des étudiants juifs de France), Twitter a finalement accepté de fournir des données sur les auteurs de messages antisémites. La création du hashtag (mot-dièse)#UnBonJuif, en octobre 2012, avait provoqué une déferlante de tweets plus ou moins humoristiques, voire franchement antisémites. Le réseau social avait initialement refusé de fournir ces données.

#UnBonJuif et #UnJuifMort : ces deux hashtags avaient été au centred’une vague de blagues antisémites, en octobre dernier, sur le réseau social Twitter. Face au vent de protestations et d’inquiétude, le réseau social avait accepté de censurer ces tweets, mais avait jusqu’ici refusé de fournir des données susceptibles d’identifier les auteurs de ces tweets.

C’est désormais chose faite. Après avoir assigné Twitter en référé, l’UEFJ a obtenu gain de cause. Le réseau social a cédé. Il a annoncé ce vendredi avoir fourni à la justice française « les données susceptibles de permettre l’identification de certains auteurs » de tweets antisémites, mettant ainsi fin au litige entre les deux parties. Ils ont également convenu de poursuivre leur collaboration.

unbonjuif

Source : France Info

De jeunes orthodoxes russes créent un jeu vidéo anti-Pussy Riot

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Une organisation de jeunes orthodoxes russes a présenté jeudi au public un jeu vidéo qui permet de s’en prendre virtuellement aux militantes féministes du collectif Pussy Riot.

Trois membres du groupe punk ont été arrêtées en février 2012 après avoir entonné un simulacre de prière contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Deux d’entre elles sont toujours emprisonnées pour « vandalisme motivé par la haine religieuse ».

Dans le jeu vidéo, il s’agit d’empêcher à l’aide d’une croix les Pussy Riot de pénétrer dans une église. Lorsque l’une d’entre elles y parvient, un petit diable rouge apparaît et danse sur l’écran.

BRITAIN LONDON PUSSY RIOT PROTEST

Source : Les Echos

Marseille : des caméras chargées de surveiller les Roms et les gens du voyage

BILLETS D’HUMEUR : Big Brother, Chez les bas du front, Tant qu’il y aura des frontières…

En ce vendredi 12 juillet quoi de neuf en ce monde ??? Et si la mairie de Marseille voulait devancer Christian Estrosi ? Cinq sites de vidéo-surveillance prévus par la mairie de Marseille ont pour objectif de surveiller les Roms et gens du voyage, révèle le site marseillais marsactu. Une idée semblable à celle de Christian Estrosi qui avait promis à des gens du voyage, le 30 juin dernier, de leur « pourrir la vie jour et nuit avec électricité et eau coupés » et de les surveiller « par caméras mobiles ».

Chacune des 407 caméras que la mairie va installer dans tout Marseille dispose d’une fiche précisant quelques « objectifs du site ». « Ce document qui figure dans les annexes de l’appel d’offres clôturé le 28 juin – c’est-à-dire le dossier technique communiqué aux entreprises candidates – réserve toutefois une surprise : parmi les objectifs assignés aux caméras figurent à cinq reprises les mentions « Roms » et « gens du voyage », écrit marsactu.

Contactée par metronews, l’adjointe UMP de la mairie de Marseille, Caroline Pozmentier, déléguée à la sécurité estime ces indications ethniques « fâcheuses et regrettables », mais tente de relativiser cette « erreur ». « ll faut relativiser les faits et ne pas se laisser prendre par les intentions nauséabondes* du site marsactu.Sur 700 fiches techniques, qui représentent un travail très lourd pour les techniciens, seulement cinq mentionnent les Roms ou gens du voyage. « Je considère que le dossier est clos », déclare l’adjointe du maire. « On ne souhaite stigmatiser personne, mais nous ne voulons pas non plus se cacher derrière notre petit doigt et on ne peut pas nier que certains campements troublent l’ordre public », ajoute-t-elle.

Capture d'écran des documents révélés par le site marsactu

Capture d’écran des documents révélés par le site marsactu

Ces objectifs ethniques sont pourtant illégaux, la loi informatique et liberté interdisant de recueillir et traiter ce genre de données qui « vise un type de population ». Contactée par le site d’information, la commission nationale informatique et libertés (Cnil) met d’ailleurs en garde contre « une stigmatisation ciblant des catégories, notamment raciales ou ethniques ». Les responsables de ces objectifs ethniques seront-ils sanctionnés ? « Nous ferons le nécessaire et s’il faut s’expliquer devant la Cnil, nous nous expliquerons », assure la mairie de Marseille à metronews.

Pas sûr que la ville puisse éteindre cette polémique qui en indigne plus d’un. A l’instar de Jean-Paul Kopp, président de Rencontres Tsiganes qui s’interroge : « Et s’il y avait marqué juifs, noirs, Comoriens ou gays ? On n’a plus l’impression que la loi protège contre le racisme ».

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

roms

 

Source : Metro News

Dissolution de Ayoub et Cie

BILLETS D’HUMEUR : Chez les bas du front

En ce mercredi 10 juillet quoi de neuf en ce monde ??? Troisième voie, Jeunesses nationalistes révolutionnaires et l’association Envie de rêver présentaient « les caractéristiques de milices privées » incitant à « la discrimination et à la haine », selon la porte-parole du gouvernement. Les trois groupes ont donc été dissous en Conseil des ministres. Leur chef annonce un recours devant le Conseil d’Etat.

C’est une des conséquences directes de la mort de Clément Méric, jeune étudiant mortellement blessé début juin par un militant d’extrême droite. Troisième voie, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires et l’association Envie de rêver ont été dissoutes en Conseil des ministres, mercredi. « Ces trois structures présentaient les caractéristiques de milices privées incitant à la haine », a expliqué, à la sortie du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

Troisième voie et les JNR, qui font figure de service d’ordre au premier, s’étaient sabordées le mois dernier « pour l’honneur, pour ne pas être dissous par d’autres. Ces tartufferies, c’est fini », avait expliqué leur chef, Serge Ayoub. Quant à Envie de rêver, l’association gère « Le local », un établissement privé situé dans le XVe arrondissement de Paris qui servait de lieu de ralliement à Troisième voie.

serge

L’histoire n’est pas pour autant terminée. Serge Ayoub a annoncé qu’il attaquera le décret de dissolution devant le Conseil d’Etat, « pour abus de pouvoir ». Il entend également déposer un « référé-liberté » devant la justice pour obtenir la suspension du décret jusqu’à la décision du Conseil. Selon lui, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, « aucun des écrits de Troisième voie n’incite à la haine raciale » et les « JNR ne sont pas une milice privée, c’est un service d’ordre ».

Cinq personnes ont été mises en examen après la mort de Clément Méric. Toutes gravitaient dans la mouvance skinhead ; le principal suspect, qui aurait porté le coup mortel, est un sympathisant de Troisième voie et des JNR.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

4

Source : France Info

Ramadan : nouvelle provocation d’un élu UMP

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

La publication date du 4 juillet dernier. Apparemment, Laurent Burgoa n’a pas du tout apprécié le document qui lui est arrivé entre les mains. L’élu UMP du conseil municipal de Nîmes (Gard) a donc pris en photo et publié sur sa page Facebook le prospectus distribué par l’enseigne de grande distribution Carrefour, vantant une opération spéciale ramadan jusqu’au 3 août. En légende, l’élu écrit : « Spécial Ramadam (sic) de Carrefour. Notre République est-elle toujours laïque ? Tout fout le camp !!! »

Bien evidemment, les commentaires, qui approchent aujourd’hui le nombre de 80, ont dérives immédiatement, de la simple approbation à l’ordurier, jusqu’au franchement raciste.

Une chose est sur c’est qu’entre Estrosi qui veut « mater » les roms et cette nouvelle provocation d’un de ces élus, l’UMP montre encore une fois son vrai visage.

Capture d'écran du compte Facebook de Laurent Burgoa

Capture d’écran du compte Facebook de Laurent Burgoa

Aide : France Info

Estrosi (UMP) sur les Roms de Nice : « J’en ai maté d’autres, je vous materai »

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Christian Estrosi, député UMP des Alpes-Maritimes et maire de Nice, nous montre une fois de plus sa chemise brune. Dans une interview accordée à nos confrères d’Europe 1/i-télé/Le Parisien ce dimanche, le maire de Nice a tenu des propos fachos sur les Roms qui sont installés dans sa ville. Il propose une « mode d’emploi » aux autres maires de France pour « mater » les gens du voyage qui squattent illégalement les terrains.

« La première chose que je fais, c’est vous mettre des caméras partout pour surveiller vos faits et gestes dans les quelques heures qui viennent », leur aurait-il dit. « On va noter ceux qui rentrent, ceux qui sortent, à quelle minute, à quel moment et ce que vous allez faire partout, partout dans la ville, dans la métropole, etc. Je vais relever les plaques d’immatriculations les unes après les autres ».

Le maire de Nice compte envoyer ce « mode d’emploi à tous les maires de France pour qu’ils sachent pendant tout l’été quels moyens utiliser face à un pouvoir socialiste qui ne les accompagne pas ».

Ces propos interviennent quelques jours après ceux de Jean-Marie Le Pen. A Nice, l’ancien président du FHaine avait déclaré : « Vous avez quelques soucis, paraît-il, avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons… odorante ».

estrosi

Aide : France Info

Nouvelle diarrhée verbal de Le Pen sur les roms

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Le vieux facho du FHaine, Jean-Marie Le Pen, était à Nice jeudi 4 juillet aux côtés de la candidate investie pour les municipales, Marie-Christine Arnaut. A cette occasion, il a qualifié la présence de Roms dans la ville d’ »urticante » et « odorante » et prédit que « 50.000 Roms » allaient venir s’y installer en 2014, dans une interview accordée à Nice Matin.

« Nous sommes dans un contexte national extrêmement dangereux et (…) Nice ne sera pas une oasis dans le désert français (…), son sort sera lié au sort de la France », a indiqué Le Pen lors d’une conférence de presse dans la cinquième ville de France.

« Je vais vous faire un pronostic : vous avez quelques soucis, avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons… odorante. (…) Ceci n’est que le petit morceau de l’iceberg », a estimé Le Pen.

Il annonce que dans le courant de l’année 2014, il viendra à Nice plus de 50.000 Roms. « A partir du 1er janvier, les 12 millions de Roms qui sont situés en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie auront la possibilité de s’établir dans tous les pays d’Europe », a-t-il poursuivi. Il a ainsi jugé que la politique gouvernementale vis-à-vis de cette minorité avait « un effet de recrutement fantastique ».

« Tout le monde est dans les starting-blocks, exactement comme dans les films du Far-West » retraçant la conquête de l’Ouest américain, « c’est à cela que nous allons assister », a-t-il encore prédit.

« Je suis sûre que Nice a besoin d’une liste de salut public » car c’est une « ville extrêmement menacée », a elle aussi estimé Marie-Christine Arnautu, présentée par M. Le Pen comme la « Mme Préférence nationale » du FHaine.

Juste une question ??? quand fermera t il sa gueule ce fossile en chemise brune.

le pen porc

Source : RTL

Un politicien antisémite nommé Ministre en Grèce

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

L’Anti-Defamation League (ADL) a exprimé  sa préoccupation quant à la nomination d’Adonis Georgiadis au poste de ministre de la Santé de la Grèce, en raison de ses remarques troublantes au sujet de Juifs et de sa promotion publique d’un livre antisémite.

Selon les rapports publiés au sujet du Ministre, il a dit dans le passé que «toutes les grandes banques appartiennent aux Juifs» et que «le lobby juif» serait le seul capable de déterminer « l’avenir de la dette extérieure de la Grèce. »

Il a aussi largement fait la promotion du livre « Les Juifs, toute la vérité », bouquin écrit par Konstantinos Plevris, un éminent auteur auto-proclamé anti-sémite.

« A une époque où la parole antisémite et négationniste continue de se dévoiler régulièrement dans le discours public et politique en Grèce et que les dirigeants de l’Aube dorée (parti raciste) épousent ouvertement l’antisémitisme et attisent la haine, leur popularité de fait qu’augmenter. Choisir un politicien connu pour son anti-sémitisme est troublant » écrit Abraham Foxman, patron de l’ADL. « Mon inquiétude s’ajoute au fait que la Grèce n’arrive pas à faire passer un projet de loi anti-raciste. »

Dans une lettre au Premier ministre Antonis Samaras, l’ADL a exhorté le Premier ministre à reconsidérer la nomination de M. Georgiadis et à s’assurer que la législation anti-racisme soit adoptée et appliquée.

Il y a eu une hausse marquée de l’antisémitisme en Grèce ces dernières années, en raison, en grande partie, de l’émergence du parti néo-nazi Aube dorée, dont le leader nie ouvertement l’Holocauste et s’affiche avec des exemplaires de Mein Kampf.

Capture-d’écran-2013-06-30-à-20.59.57

Source : JSS News

Le Parlement européen lève l’immunité de Marine Le Pen

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

En décembre 2010, en campagne pour la présidence du FHaine, devant un public de militants, Marine Le Pen avait vivement critiqué les prières de rue des musulmans : « Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire…C’est une occupation de pans du territoire, des quartiers dans lesquels la loi religieuse s’applique, c’est une occupation. Certes il n’y a pas de blindés, il n’y a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants ».

Une déclaration qui avait aussitôt suscité une vive polémique et une plainte du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples. Une plainte qui va donc être suivie de poursuites en justice après la levée par le Parlement européen de l’immunité parlementaire de la présidente du FHaine. C’est le parquet de Lyon qui avait demandé la levée de son immunité, dans le cadre de d’une enquête pour « incitation à la haine raciale ».

Les eurodéputés ont voté conformément à l’avis rendu par leur commission juridique qui avait estimé que ces propos litigieux n’avaient pas de lien « direct et évident » avec les activités parlementaires de Marine Le Pen.

Pas « surprise », Marine Le Pen a dénoncé une décision biaisée qui « déshonore le Parlement européen ». « Moi je suis un cas à part, je ne peux pas être protégée parce que je suis une adversaire politique, et peut-être une adversaire politique encore plus dangereuse que les autres compte tenu de mes résultats dans les sondages ou dans les (législatives) partielles », a-t-elle réagi, indiquant qu’elle allait se défendre et qu’elle était convaincue que le tribunal lui donnerait raison.Dans un communiqué, le FHaine raille « la crainte croissante de l’oligarchie » face à son « irrésistible montée en puissance ».

« Cette procédure s’apparente plus à celle du Soviet suprême de l’ex-Union soviétique qu’à celle d’un parlement respectueux des droits de ses membres », a également réagi Bruno Gollnisch, collègue parlementaire de Marine Le Pen. En 1998, son père, Jean-Marie Le Pen avait été visé par la même procédure après avoir déclaré que les chambres à gaz nazies étaient « un détail de  l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ».

marine

Source : France Info

Suites des coups de feu à Poligny entre militants d’extrême droite et d’extrême gauche

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Un militant d’extrême droite et un autre d’extrême gauche comparaîtront en septembre devant le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Après un week-end d’enquête de gendarmerie, c’est la conclusion de la Justice après l’altercation de Poligny, entre deux groupes d’individus, dans la nuit de vendredi à samedi.

Le sympathisant d’extrême droite, âgé d’une vingtaine d’années, a été placé sous contrôle judiciaire. Il devra répondre de « menaces de mort et tirs avec une arme », un fusil qui n’a toujours pas été retrouvé pour l’heure. Il est soupçonné d’avoir tiré trois coups de feu en direction de militants bisontins d’extrême gauche, venus coller des affiches antifascistes à Poligny.

Le militant d’extrême gauche poursuivi, comparaîtra lui devant le tribunal pour « violences volontaires avec arme ». Il aurait gazé ses opposants avec une bombe lacrymogène », selon le procureur de la république de Lons-le-Saunier.

polignycree_le_20130630_11h14m35s_00303

Source : France Bleu

Anvers (Belgique) : La police a couvert une agression antisémite

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Curieuse histoire que celle relayée sur Internet par le journaliste/blogueur Marcel Sel (et avant lui par « Le Peuple », journal en ligne de Modrikamen qui est l’avocat des deux victimes). Selon lui, et l’affaire est étayée par une dépêche de l’époque de l’agence Belga, le 24 mai dernier, une femme ayant épousé une ancienne tenniswoman israélienne aurait été violemment agressée à son domicile d’Aartselaar (Anvers) par d’autres occupants de l’immeuble.

Le prétexte de l’agression : l’installation du couple dans cet immeuble un mois auparavant et le placement d’une mezouzah (objet de culte juif) sur la porte de l’appartement.

 Après un mois passé dans cet immeuble à vivre constamment sous les cris agressifs et injurieux de quelques habitants manifestement antisémites et homophobes, Cindy Meul, puisque c’est son nom, aurait été agressée chez elle.

Ses deux agresseurs lui auraient même précisé « être venus finir le travail commencé par les nazis ».

Rouée de coups, elle s’en sort après 15 jours d’hospitalisation, des coupures et des côtes cassées, mais surtout avec un choc psychologique qu’il ne sera pas facile de surmonter.

Alertée par les faits, son épouse qui s’était absentée au moment de l’agression, revient en vitesse sur les lieux.

Ruth Sverdloff constate que si l’ambulance est déjà là, une inspectrice de la police locale est en train de plaisanter avec les deux agresseurs de sa compagne (un homme et une femme).

Pour résumer la suite de cette sale histoire, la victime aurait été accusée d’être ivre, d’être l’auteur de l’agression, etc…. Il aura fallu une série de péripéties avant que les deux femmes puissent déposer plainte.

Au final, peu de trace de cette information dans les médias et un simple démenti à l’époque des faits du chef de la zone de police visée.

L’affaire, depuis hier, rebondit quelque peu sur les réseaux sociaux et nous avons décidé de nous renseigner.

Le blogueur Marcel Sel n’a pas encore pu nous répondre sur l’enquête qu’il a menée mais nous en sommes convaincus, ce n’est que partie remise.

Par contre du côté de la ministre de l’intérieur, la CDH Joëlle Milquet, on est manifestement au courant puisqu’elle a utilisé son droit d’injonction qui lui permet de demander à l’inspection générale des services d’ouvrir une enquête.

Si tout cela est vrai, alors nous sommes face à quelque chose d’ignoble, d’immonde et de puant, qui rappelle inévitablement des temps beaucoup plus troublés.

racisme (1)

Source : S.O

Coups de feu de militants nationalistes sur des antifas à Poligny (77)

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

A Poligny, les auditions se poursuivent dans le bureau de la gendarmerie pour déterminer les circonstances d’une confrontation nocturne entre des militants d’extrême gauche et d’extrême droite. Trois jeunes polinois ont été entendus, un hier soir et les deux autres ce matin.

C’est à 1h du matin, dans la nuit du 28 au 29 juin, que trois coups de feu auraient été tirés par des jeunes nationalistes contre des militants anti-facistes. Ces derniers étaient en train d’apposer dans la ville, des autocollants « Toufik de Planoise », connu pour son activisme anti-fa sur internet quand ils auraient été repérés. Une altercation aurait éclaté entre les deux camps, suivie de coups de feu  tirés par un activisme d’extrême droite. L’enquête est toujours en cours. « Toufik » a porté plainte. Interrogé ce matin, le maire de Poligny  Dominique Bonnet (UMP) évoque la présence « d’un groupe de jeunes désoeuvrés » dans sa ville.

Début juin, des croix gammées ont été découvertes au stade de Tourmont, commune située à quelques km de Poligny tandis qu’il y a quelques mois, des jeunes d’extrême-droite ont fait irruption dans une fête à Voiteur pour exécuter un salut hitlérien. Enfin, en 2010, l’agression d’un jeune maghrébin avait suscité une vive émotion dans la cité jurassienne. Une manifestation de soutien à la victime avait été organisée.

polignycree_le_20130630_11h14m35s_00303

Source : France 3

Lille: Les veilleurs fachos manifestent en centre-ville

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

Cent cinquante « veilleurs », selon la police, ont défilé ce vendredi soir, entre la place de la République et la Grand Place à Lille, en passant notamment par la rue de Béthune. Brandissant des flambeaux, ils ont exigé la libération de Nicolas, militant anti mariage pour tous, condamné à quatre mois de prison et présenté comme un « prisonnier politique ». « Le gouvernement nous bâillonne, l’heure est grave », affirment les veilleurs issus de divers groupuscules fascistes.

Tels de bon toutous aux ordres de leurs maîtres  Les policiers ont encadré de très près la manifestation et ont aussi maintenu à l’écart les opposants au mouvement des veilleurs. Une choses est sur c’est que nous serons toujours la pour que le fascisme et l’obscurantisme ne prennent jamais place dans nos rues.

no-pasaran

Aide : VDN

Le local des boneheads de la rue de Javel bientôt fermé ?

BILLETS D’HUMEUR : Chez les bas du front

En ce samedi 29 juin, quoi de neuf en ce monde ??? Fini les conférences hebdomadaires du jeudi  pour les centaines de bonesheads qui fréquentent Le Local ? A en croire la lettre du ministère de l’Intérieur adressé au locataire du 92 rue de Javel (15e), la réponse est oui.

 Dans ce courrier du 19 juin, le président d' »Envie de rêver » qui paie chaque mois un loyer pour disposer de ce local a appris que le ministre de l’Intérieur avait décidé de dissoudre son association loi 1901.

La notification a été faite après que le gouvernement a fait savoir début juin qu’il souhaitait la dissolution de l’association « Troisième voie » et des « Jeunesses nationalistes révolutionnaires » (JNR). Alors que la dissolution de ces deux groupes a été annoncée mardi par Serge Ayoub, leur responsable, dans le Local même rue de Javel, le « QG » des fachos pourrait, selon plusieurs sources, fermer d’ici à quelques jours.

« Il ne s’agit pas d’une fermeture administrative, qui serait décidée en préfecture, mais, comme JNR et Troisième Voie, d’une dissolution administrative par décret signé en Conseil des ministres, explique Nicolas Gardères, avocat de Serge Ayoub et d’Envie de rêver. Mardi, j’ai transmis une lettre d’observation. On verra maintenant, en fonction des arguments que j’ai présenté, la décision du gouvernement de dissoudre ou non l’association. »

Locataire depuis 2007 du 92, rue de Javel, Envie de rêver compterait 3000 membres . Eux seuls peuvent pénétrer à l’intérieur du Local du 15e et participer aux soirées et autres événements qui y sont organisés.

local

« Il n’y a aucun but lucratif pour l’association, il n’y a pas de plainte des voisins sur ce local. Les arguments du ministère de l’Intérieur pour sa dissolution sont très légers, fait valoir Maître Gardères. La simple chose que l’on reproche aujourd’hui à Envie de rêver est le lien soi-disant étroit (on rigole maintenant ou on attend un peu) qui existerait avec Serge Ayoub alors que ce dernier n’est qu’un simple membre…(rhooo le menteur et fourbe en plus). Le raisonnement du gouvernement est de dire qu’il y aurait une fusion entre JNR, Troisième voie et Envie de rêver. Selon lui, c’est la même entité. »

Dans la notification du ministère de l’Intérieur seraient notamment reprochés au locataire du 92 rue de Javel : l’organisation par Ayoub de « soirées festives », la tenue de conférences de presse de Troisième voie exclusivement dans le local depuis le décès de Clément Méric, la surveillance permanente du site par deux membres des JNR ou encore le relais de la communication des conférences et autres dégustations organisées au local sur le site de Troisième Voie, fermé depuis plusieurs jours maintenant…

« Le ministère tente de prouver que Serge Ayoub est le président de fait d’Envie de rêver, c’est totalement faux. Par ailleurs, la loi ne prévoit pas que l’on puisse dissoudre une association parce qu’elle aurait des liens même étroits avec une autre association dissoute ou en voie de l’être. Reste à voir maintenant s’il y aura un décret le 3 ou le 10 juillet prochain et, si c’est le cas, quelle sera sa motivation. »

Une chose est sur c’est que nous nous réjouissons de la prochaine fermeture de ce nids à rats de fachos. Mais nous nous tenons sur nos gardes car Ayoub est coutumiers du fait de créer des entités de les dissoudre et d’en créer d’autres toutes aussi puante…. Amis la peste brune n’est pas morte alors prudence.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.

antifa2

Aide au Billet : Metro

« Avenir pour tous » : le flop de Frigide Barjot

ACTUALITÉS :  Chez les bas du front

Retour de bâton. Après avoir mené la fronde anti-mariage homo, Frigide Barjot et les leaders de « La Manif pour tous » ont bien du mal à rassembler les foules autour de leur nouveau mouvement.

mercredi 26 juin, rendez-vous est donné au sous-sol d’une boîte de nuit du Quartier latin. Entourée de ses fidèles, comme Xavier Bongibault, porte-parole de l’association « Plus gay sans mariage », Frigide Barjot entend continuer son combat contre le mariage homo, avec les municipales en ligne de mire.Un appel aux militants a été lancé sur les réseaux sociaux. Mais ce soir, ils ne sont pas nombreux à la fête : une cinquantaine de personnes selon le Huffington Post, une centaine tout au plus, d’après « Le Figaro », les seuls média présents. Changement d’ambiance pour la chef de file de « La Manif pour Tous », qui rassemblait plusieurs milliers de manifestants voici quelques mois, et ne se déplaçaient pas sans une nuée de journalistes.

La leader déchue de « La Manif pour Tous » pense pouvoir convaincre les maires d’inscrire l’union civile sans le droit à l’adoption dans leur programme. Mais après les débordements des derniers rassemblements contre le projet de loi, le front anti-mariage homo a du plomb dans l’aile et l’instigatrice de la « Manif pour Tous » a perdu de sa superbe, désavouée jusque dans ses rangs « rose bonbon ». « C’est compliqué d’évoluer. C’est très violent. C’est dur d’avoir été avec plein de gens et de se retrouver seul », confie-t-elle, bon promis, quand on aura 5 minutes on la plaindra 15….

Frigide-Barjot

Source : Nouvel Obs