Qui est Varg Vikernes, le néo-nazi norvégien

ACTUALITÉS : Chez les bas du front

La police a arrêté mardi un Norvégien, qui résidait en Corrèze depuis sa sortie de prison pour meurtre, et son épouse française. Le parcours de ce chanteur de black metal, qui qualifie ses idées de « satanistes, nationalistes, racistes, racialistes (…) et même nazies », laissait craindre des intentions terroristes.

Kristian Vikernes est né le 11 février 1973 près de Bergen, à l’ouest de la Norvège. A la fin des années 80, celui qui quitte son prénom pour prendre celui de Varg (loup en norvégien) se met à la guitare. « Je n’avais rien d’autre à faire alors je consacrais la majorité de mon temps à travailler sur la musique », raconte-t-il en 2012 au site Radio Metal.

Avec deux amis, ils fondent un groupe de black metal, Kalashnikov, « parce que c’est le nom de mon arme d’assaut favorite », comme il l’explique lui-même sur Internet. Le groupe devient rapidement Uruk Haï, du nom donné par l’auteur de la trilogie du Seigneur des AnneauxJ.R.R. Tolkien à une race d’Orques.

En 1991, Vikernes fonde Burzum, qui tire également son nom des œuvres de Tolkien. Particularité de ce groupe de black metal, c’est unone-man-band : Vikernes est le seul membre de cette formation.

Sa carrière ne dure cependant pas longtemps : en 1993, il est condamné à 21 ans de prison (la peine la plus lourde en Norvège) pour le meurtre de Øystein Aarseth, alias Euronymous, membre du groupe Mayhem. Les deux hommes ont entretenu une amitié, avant de se disputer. Euronymous a été retrouvé mort avec 23 coups de couteau. Vikernes a raconté par la suite que c’est Euronymous qui avait prévu de le tuer, et qu’il était allé voir son rival pour mettre les choses au point, avant que la situation ne dégénère.

La vidéo de l’énoncé du verdict, disponible en ligne, montre Vikernes accueillant le verdict avec le sourire. A 21 ans, il est incarcéré.

Les années de prison permettent d’en apprendre plus sur Vikernes. Interviewé par les réalisateurs américains Aaron Aites et Audrey Ewell, le jeune homme va leur accorder un long entretien dans lequel il se vante également d’avoir incendié de nombreuses églises en Norvège. « Les voix dissidentes ne sont pas tolérées dans nos sociétés contemporaines », se plaint-il dans cette interview.

Vikernes y apparaît comme un personnage antisémite et christianophobe. Il décrit la religion chrétienne « comme une secte juive », qui serait  « la source de tous les problèmes du monde moderne ». D’un point de vue religieux, il se dit adepte de la religion néopaïenneÁsatrú  et du dieu Odin. Le Norvégien entretient également une fascination pour le nazisme, qualifiant ses idées de « satanistes, nationalistes, racistes, racialistes (…) et même nazies ».

Il aurait fait partie des 530 personnes à avoir reçu le manifeste d’Anders Behring Breivik, reconnu coupable du meurtre de 77 personnes lors des tueries d’Oslo en juillet 2011. Vikernes a d’ailleurs considéré cet acte un geste de « légitime défense » face à une immigration qui « menaçait la nation » norvégienne. Il n’est cependant pas un sympathisant de Breivik, puisqu’il a expliqué à propos du tueur d’Oslo qu’aucun « vrai nationaliste ne tuait les enfants de sa propre nation ».

En octobre 2003, Vikernes tente de s’évader, sans succès. Il est finalement libéré en mai 2009. Il s’installe en France, à Salon-la-Rou (Corrèze), et se marie avec une Française, Marie Cachet. Ils ont eu trois enfants ensemble et attendent un 4ème.

Le couple a mis en place une organisation, Ancestral Cult, qui a pour but de « faire revivre les philosophies et religions antiques ». Pour ce projet, ils ont réalisé en mars 2013 un film, ForeBears (Ancêtres), qui raconte le voyage spirituel de Vikernes à l’Âge de pierre, pour étudier les rites ancestraux, comme le culte de l’ours. Le film dure 1h40, mais une bande annonce de 10 minutes disponible sur YouTube permet d’en avoir un bref aperçu.

Que faisait véritablement Vikernes en France ? La police redoutait « un potentiel passage à l’acte violent » de cet admirateur d’Anders Behring Breivik.

Alors qu’une enquête est en cours, une chose est certaine : Vikernes s’intéressait de près de la situation de son pays de résidence. En 2012, il a tenu des propos extrêments virulents dans son entretien avec Radio Metal : « Tu sais, je me battrais, tuerais et mourrais volontiers pour la France et le peuple français, votre nation est européenne et vous êtes comme l’un de mes frères, mais comment le pourrais-je alors que vous vous moquez complètement de vous battre pour votre pays vous-mêmes ? Vous abandonnez votre propre nation et crachez sur la mémoire de ceux qui se sont battus et sont morts pour défendre la France. »

Sur le blog de Burzum, il appelle la même année ses lecteurs à voter pour Marine Le Pen, dans un billet rédigé en français : « La situation de votre nation est critique et va de plus en plus mal d’heure en heure. Vos campagnes sont belles, mais seulement parce qu’elles sont encore peu touchées par la masse de l’immigration. (…) Quand bien même vous seriez un idiot égoïste, vous devriez comprendre que seulement votre vote pour le FN évitera que cette souffrance ne vous touche, tôt ou tard. »

Preuve également qu’il suivait de près l’actualité nationale, Vikernes a commenté samedi dans un billet de blog le déraillement d’un train à Bretigny-sur-Orge : il y voit un complot orchestré par des jeunes immigrés avides de dépouiller les victimes. Un texte antisémite et xénophobe qui reprend les thèmes développés depuis de nombreuses années par le chanteur de métal.

Au moment de son arrestation, la police a trouvé quatre fusils chez lui. Sa femme prenait également depuis peu des cours de tir, ce qui faisait craindre une tuerie sur le modèle de celle perpétrée par Breivik. Le parquet antiterroriste de Paris a été saisi.

Varg_Vikernes

Source : France Info